Actus & Dossiers / Témoignages

Apporter l’eau du Rhône au Languedoc : le regard de Nicolas Huc

VINCI Construction France pose des canalisations dans la garrigue pour le compte du Groupe BRL. Ces travaux s’effectuent dans le cadre du programme Aqua Domitia qui sécurise les besoins en eau d’une centaine de communes entre Montpellier et Narbonne. Nicolas Huc, chef de projet à la direction de l’aménagement et du patrimoine de BRL, évoque avec nous ce chantier d’adaptation du territoire au dérèglement climatique.

Apporter l’eau du Rhône au Languedoc : le regard de Nicolas Huc
Nicolas Huc, Chef de projet à la Direction de l’aménagement et du patrimoine chez BRL © DR Collection privée

Pouvez-vous nous présenter le groupe BRL ?

Nicolas Huc : Créée en 1955 sous le nom de Compagnie nationale d’aménagement de la région du Bas-Rhône Languedoc (CNARBRL), BRL est aujourd’hui concessionnaire du réseau hydraulique qui alimente en eau toute la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Depuis soixante ans, nous avons réalisé d’importants travaux tels le creusement de canaux à ciel ouvert. Ceux-ci ont permis l’aménagement des zones côtières, le développement d’une agriculture diversifiée et, plus globalement, l’essor économique du Languedoc.

Qu’est-ce qu’Aqua Domitia ?

Nicolas Huc : Dans les années 2000, le programme d’irrigation Aqua Domitia veut répondre à différentes problématiques. Tout d’abord, le changement climatique s’accélère. Les étés sont de plus en plus chauds et la sécheresse plus marquée. Ensuite, l’attractivité du littoral ne se dément pas. Le tourisme s’accentue et la démographie est dynamique. De fait, les cours d’eau sont souvent à sec. Les prélèvements d’eau dans l’Hérault, l’Orb ou le Lez sont importants, la nappe phréatique héraultaise – dite astienne – souffre aussi beaucoup. Une ressource en eau supplémentaire soulagera les milieux naturels. Bien sûr, il ne s’agit pas de distribuer l’eau du Rhône sans modération. Les canaux d’Aqua Domitia transportent une eau brute, non traitée, à un débit raisonnable. Enterrés, ceux-ci s’organisent en maillons qui finissent par se raccorder les uns aux autres. VINCI Construction France, via sa filiale Sogea Sud Hydraulique, nous accompagne depuis 2005 : après avoir œuvré sur les maillons Sud Montpellier et Littoral Audois, l’entreprise finalise en 2021 les travaux de la tranche 3 au niveau des maillons Biterrois, dont la traversée de l’Orb, et Nord Gardiole, près de Mèze.

Apporter l’eau du Rhône au Languedoc : le regard de Nicolas Huc
© Jean-Luc Girod

Dix ans après la pose de la première canalisation, comment le programme Aqua Domitia répond-il aux besoins en eau des territoires ?

Nicolas Huc : Aqua Domitia est accueilli très favorablement par les acteurs du territoire. Les besoins en eau continuent de croître, notamment du côté des viticulteurs qui bénéficient d’une nouvelle réglementation pour irriguer. Pour autant, ils ont la possibilité de mesurer finement l’eau qu’ils consomment grâce à nos compteurs connectés. Surtout, ils prélèvent moins d’eau dans la nappe et dans les fleuves côtiers, qui retrouvent des niveaux d’étiage satisfaisants pour la biodiversité. Nous sécurisons aussi l’approvisionnement en eau de la population languedocienne et alimentons l’industrie grâce à nos canalisations.

Comment se passent les chantiers réalisés par Sogea Sud Hydraulique ?

Nicolas Huc : Dans le secteur de Mèze, où les tuyaux sont posés dans la garrigue, parfois très rocheuse, les travaux ont avancé à un bon rythme. Ils devraient être achevés d’ici à fin 2021. La météo a été favorable et les équipes ont utilisé une trancheuse sur les zones les plus dures. L’entreprise procède aussi à l’enrobage des tuyaux à partir de matériau recyclé. Concrètement, un tuyau enterré doit être protégé : tout autour de lui, on tasse donc de la terre qui provient des zones excavées, préalablement triée et criblée. Cela donne une couche très protectrice et évite le recours à un matériau dédié… et donc à une noria de camions. Sur le chantier de l’Orb, VINCI Construction France a aussi fait preuve d’une grande technicité. Pour la traversée du fleuve, délicate en raison de la complexité des couches géologiques, ils ont fait appel à un microtunnelier, creusé les puits d’entrée et de sortie, et opté pour la technique des pieux sécants pour la phase de soutènement.

Apporter l’eau du Rhône au Languedoc : le regard de Nicolas Huc
© Aurélien Toulan

En quoi VINCI Construction France contribue t’il aux ambitions environnementales de BRL ?

Nicolas Huc : De manière générale, les entreprises sont désormais rôdées au respect de la biodiversité. Obligées de s’arrêter entre avril et septembre pour respecter le cycle de reproduction de la faune et de la flore, elles savent travailler selon un planning serré tout en s’exposant à des météos hivernales parfois difficiles. Elles mettent en place des zones de défense pour éviter l’intrusion de batraciens ou encore réduisent l’attractivité pour la faune de leurs emprises, en débroussaillant par exemple pour éviter que les oiseaux ne viennent nicher.

Riverains, associations, agriculteurs… êtes-vous satisfait de la relation tissée par les équipes de VINCI Construction France avec les populations ?

Nicolas Huc : Sogea Sud Hydraulique a beaucoup embauché en local. Cela aide pour communiquer avec les viticulteurs ! Quand ceux-ci ont besoin de réaliser des traitements sur la vigne, ils doivent être prévenus à l’avance de nos interventions sur leurs parcelles. J’ai des retours très positifs de la communication mise en place par les équipes travaux. Enfin, comme toutes les entreprises avec lesquelles nous travaillons, VINCI Construction France a l’obligation de réaliser des heures d’insertion par l’emploi. Sur les deux chantiers, celles-ci ont été au total de 4 000 heures. Une autre dimension de performance globale, en cohérence avec les exigences fixées par le maître d’ouvrage, BRL, au titre de ses engagements de responsabilité sociétale.

J’ai des retours très positifs de la communication mise en place par les équipes travaux.

En savoir plus sur le projet Aqua Domitia