Actus & Dossiers / Chantiers du mois

Aqua Domitia : le défi de l’eau sur le littoral occitan

Dans une région à fort développement démographique, agricole et touristique, Sogea Sud Hydraulique, filiale de VINCI Construction France, participe au programme Aqua Domitia. Ce dernier étend le réseau hydraulique régional sur 150 km pour sécuriser l’alimentation en eau d’une centaine de communes entre Montpellier (34) et Narbonne (11). Un projet à la fois technique, économique et écologique.

Aqua Domitia : le défi de l’eau sur le littoral occitan
© Aurélien Toulan

Mobiliser la ressource en eau renouvelable du Rhône pour favoriser un aménagement durable du territoire tout en conciliant respect des milieux aquatiques et développement économique : tel est l’objectif du programme auquel contribue Sogea Sud Hydraulique pour le compte du Groupe BRL, le concessionnaire du Réseau Hydraulique Régional (RHR) propriété de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Les équipes ont commencé la pose de 10 km de canalisations enterrées sur le tronçon de Mèze, aux environs de Sète (34), derrière l’étang de Thau. Ces nouveaux tuyaux en fonte de 7 m de long et de 1 m de diamètre, dans lesquels circulera l’eau non traitée, ont été recouverts de polyuréthane extrudé, sur certains tronçons, pour protéger la nappe phréatique. Démarrés en septembre 2020, les travaux se sont interrompus le 31 mars 2021 pour la trêve estivale afin de respecter le cycle de reproduction de la faune et de la flore. « Nous poursuivrons les travaux à l’automne pour finaliser l’ouvrage, au rythme quotidien d’une vingtaine de canalisations posées, précise Arnaud Beauregard, conducteur de travaux principal, Sogea Sud Hydraulique, et nous reprendrons nos actions pour préserver la garrigue, les vignes et les champs de céréales à proximité du chantier. »

Ouvrages techniques pour travaux pluriels

Travaux hydrauliques, petits ouvrages de génie civil, bassins, terrassement, réfection de voirie là où le chantier a nécessité des traversées de route, aménagement paysager pour rendre à la nature son aspect initial : une vingtaine de collaborateurs a été mobilisée pour des missions variées sur ce chantier très complet. Tous les 500 m environ, Sogea Sud Hydraulique met en place un regard en béton pour vérifier les vidanges et les ventouses. « Sur le parcours, nous avons placé sept chambres de vanne avec de la robinetterie afin d’autoriser des dérivations du réseau et de réguler ainsi le débit de l’eau, souligne Arnaud Beauregard. Ces ouvrages massifs en béton ont été réalisés par les équipes de GTM Sud-Ouest TP GC, également filiale de VINCI Construction France. » Ce tronçon – dit aussi maillon Nord Gardiole – traverse 13 ruisseaux, dont celui de Bridau : ce dernier, d’une largeur assez importante et généralement à sec, se remplit rapidement en cas d’épisode cévenol*, ce qui a conduit les équipes à renforcer son aménagement. « Pour suivre la déclivité du terrain, la canalisation fait un coude, explique-t-il. Parce que nous sommes dans le lit d’un cours d’eau, des gabions** ont été installés pour protéger le dispositif de l’érosion. » Tout au long du parcours, les tuyaux bardés sont déposés bout à bout. Aux endroits où la terre est plus dure, la filiale a utilisé une trancheuse qui broie la roche et la transforme en sable.

Enjeux écologiques pour projet durable

Plus à l’ouest, du côté de Béziers (34), c’est une canalisation de 3,5 km de long qui permettra de traverser l’Hérault, l’Orb et l’A75. « Nous avons utilisé un microtunnelier en collaboration avec Bessac (VINCI Construction), déclare Martial Maurel, chef de chantier, Sogea Sud Hydraulique. Pour respecter la zone de captage d’eau potable, nos engins et nos camions étaient garés sur des bâches spéciales. Nous avons traqué la moindre trace d’hydrocarbures et vérifié la turbidité de l’eau grâce à des carottages réguliers. Afin d’éloigner les batraciens, nous avons tâché d’être inventifs et pragmatiques en mettant en œuvre un dispositif de protection avec des tuyaux en PVC. Autre initiative plus anecdotique : nous avons adopté une truie pour le recyclage de nos déchets ménagers. Elle a fait des petits que nous avons confiés aux compagnons du tronçon de Mèze ! » Des modes constructifs, des gestes quotidiens et des initiatives concrètes pour l’environnement qui contribuent à l’acceptabilité des opérations, comme le confirme Maurine Quoibion, conductrice de travaux. « Deux écologues nous ont accompagnés pour minimiser l’impact de notre chantier sur l’environnement, commente-t-elle. Les travaux sont réalisés en concertation avec les agriculteurs dont nous traversons les terres. Une bonne relation avec eux est essentielle… d’autant qu’ils seront les premiers bénéficiaires de notre ouvrage. »

Pour en savoir plus, lire le témoignage de Nicolas Huc, Chef de projet à la Direction de l’aménagement et du patrimoine chez BRL.

* Type de pluies diluviennes particulièrement répandues dans les Cévennes.

** Amas de roches grillagés.