Actus & Dossiers / Témoignages

Les défis de l’expérimentation E+C- : témoignage d’Anne-Sophie Perrissin-Fabert

VINCI Construction France est un partenaire actif de l’Alliance HQE-GBC, l’alliance des professionnels pour un cadre de vie durable. Anne-Sophie Perrissin-Fabert, sa directrice, revient sur ce que l’expérimentation E+C- (Énergie Positive & Réduction Carbone) nous dit d’un monde du BTP en quête d’une vision qui intègre les bouleversements liés à la révolution numérique et qui réponde aux enjeux environnementaux et sociétaux.
Les défis de l’expérimentation E+C- : témoignage d’Anne-Sophie Perrissin-Fabert
Anne-Sophie Perrissin-Fabert, directrice de l'Alliance HQE-GBC- DR Alliance HQE

Si la législation environnementale s’est renforcée au cours des dernières années, notamment avec la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, pensez-vous qu’un nouveau palier sera franchi avec l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation environnementale 2020 ?

Les lois Grenelle 1 et 2 ont changé la donne en établissant un calendrier pour le bâtiment. Après l’échéance de 2012, a été fixée celle des bâtiments à énergie positive (BEPOS) à horizon 2020. D’une évaluation des moyens, nous sommes passés à une évaluation scientifique des résultats. Aujourd’hui, grâce à l’expérimentation E+C-, nous tendons vers une performance environnementale optimisée à l’échelle du cycle de vie du bâtiment. Voilà la vraie révolution : faire de l’analyse du cycle de vie (ACV) de l’ouvrage l’ADN de cette nouvelle réglementation.

En participant à l’expérimentation E+C-, VINCI Construction France contribue à cette entrée dans une boucle vertueuse…  

Absolument, un changement de culture s’opère. Grâce à l’ACV, nous prenons aujourd’hui des décisions qui satisfont nos besoins sans compromettre pour autant l’avenir de nos enfants. Nous n’en mesurons pas les conséquences, car nous sommes en train de créer les outils d’écoconception adaptés à ce changement, notamment à l’aide du BIM (Building Information Modeling). Néanmoins, les choses ont déjà changé puisque nous introduisons le temps long au cœur de nos choix de conception et de rénovation. Sur l’énergie par exemple, une approche ACV permet de prendre en compte l’ensemble des consommations d’énergie : l’énergie grise des produits et des équipements de la construction, mais aussi les consommations de la phase usage au-delà des consommations soumises à la réglementation thermique, et celles des phases de chantier et de déconstruction, en fin de vie du bâtiment.

Les défis de l’expérimentation E+C- : témoignage d’Anne-Sophie Perrissin-Fabert
Projet pilote E+C- / La Canopée de Nantes © Youssef Tohme Architects and Associates

Quels sont les atouts de l’expérimentation E+C- ?

D’abord, elle ne fait pas table rase. L'alliance HQE, comme d’autres, l’a intégrée à sa démarche. Elle permet ainsi de disposer d’un socle méthodologique commun et d’une échelle de référence aux mêmes seuils. À chaque étape le couple de valeur énergie-carbone orientera les choix des acteurs. Il faudra jouer sur les deux vecteurs pour trouver l’équilibre optimal entre performance énergétique et réduction des émissions de CO2. Pour faire un bon résultat en E+C-, il ne suffira pas d’avoir méticuleusement choisi ses produits et ses quantités, mais il nous faudra réfléchir en termes d’impacts, de mutualisation ou de durée de vie de ces derniers.

Que répondre à ceux qui sont responsables de programmes de logements ou d’opérations tertiaires, qui expérimentent E+C- et qui se heurtent à la complexité de sa mise en pratique ?

Ces périodes de sensibilisation et d’apprentissage ont permis à tous les acteurs du BTP de disposer d’un même langage. À présent, nous allons pouvoir parler, créer nos propres phrases et utiliser ces outils pour améliorer la performance énergie-carbone des bâtiments. Grâce à l’expérimentation E+C-, les maîtres d’ouvrage ont pris conscience de l’intérêt de réaliser leurs ACV, ce qui conduira les fournisseurs à produire davantage de déclarations environnementales sur leurs produits et leurs équipements (FDES, PEP), et diminuera en parallèle l’usage des données établies par défaut. Les industriels et les fabricants ont perçu la demande des chantiers. Nous pouvons d’ores et déjà nous réjouir que la France soit le pays qui détienne le plus de données spécifiques au monde regroupées au sein d’une base numérique consultable gratuitement, la base INIES. Avec 2018, la phase d’appropriation s’achève. Nous entrons en 2019 dans la phase d’écoconception.

 

C’est motivant de travailler chez VINCI Construction France avec des hommes et des femmes qui allient capacité de recherche et connaissance du terrain. 

 

Les défis de l’expérimentation E+C- : témoignage d’Anne-Sophie Perrissin-Fabert
Projet pilote E+C- / Logements de la rue Obert à Wambrechies © MAES Architectes Urbanistes & Pixl-Architectes

Quels liens l’Alliance HQE-GBC a-t-elle tissés avec les équipes de VINCI Construction France ?

VINCI Construction France fait partie des membres les plus investis. C’est motivant de travailler avec des hommes et des femmes qui allient capacité de recherche et connaissance du terrain. Depuis 2010, des collaborateurs de VINCI Construction France participent à nos tests HQE Performance. Les retours d’expérience de ceux qui « font le chantier » sur l’ensemble du territoire enrichissent la dynamique de progrès interprofessionnelle. Enfin, nous avons travaillé récemment avec les équipes du pôle Performance durable pour éditer un addendum au référentiel énergie-carbone (règles E+C-) pour la réalisation d’ACV de bâtiments rénovés. Ce document méthodologique est accompagné d’un guide pratique de mise en œuvre pour permettre aux acteurs d’évaluer la performance environnementale des bâtiments rénovés et comparer leurs niveaux avec E+C-.

L’expérimentation E+C- se concentre sur le neuf. Qu’en est-il de l’analyse du cycle de vie des bâtiments rénovés ?

La méthode proposée est en tout point similaire à celle d’E+C-, avec un complément méthodologique permettant de traiter les spécificités liées à la rénovation dont les produits concernés et déposés. Pour un bâtiment rénové, l’enjeu de performance énergétique demeure crucial, y compris pour l’indicateur carbone. Mais la rénovation, c’est aussi un levier important pour limiter l’épuisement des ressources et la production de déchets. Ainsi se rejoignent l’économie circulaire et l’ACV, la boucle du temps, et la boucle des ressources et des flux. La démarche HQE s’applique aux bâtiments neufs, rénovés ou en exploitation dans le résidentiel et le non résidentiel. À l’instar de l’expérimentation E+C-, c’est une démarche de performance globale. L’ouvrage est un ensemble dont il faut travailler toutes les composantes pour conjuguer qualité de vie, respect de l’environnement et performance économique. Dans un monde où les marques se multiplient, HQE® a le mérite d’être le seul label d’origine française dans le débat mondial autour de la construction durable, et de creuser le sillon d’un progrès aussi attaché à la performance énergétique et carbone, qu’au coût global, au confort thermique, à la qualité de l’air, à la biodiversité ou à l’économie circulaire.

Les défis de l’expérimentation E+C- : témoignage d’Anne-Sophie Perrissin-Fabert
projet pilote E+C- / Programme Origine & Nouvelle Vague à Nanterre © Maud Caubet Architectes

 

Pour en savoir plus sur l’actualité de l’Alliance HQE-GBC : www.hqegbc.org