Actus & Dossiers / Dossiers thématiques

E+C- : équation gagnante pour la planète

VINCI Construction France est déjà en route vers la nouvelle réglementation environnementale (RE) 2020, qui doit généraliser le bâtiment à énergie positive (BEPOS) et réduire l’empreinte carbone du secteur. Elle remplacera en 2020 l’actuelle réglementation thermique (RT) 2012.

E+C- : équation gagnante pour la planète
© Parko Polo / Central Illustration Agency

La prise en compte des impacts du bâtiment sur l’ensemble de son cycle de vie.

« Alors que le Plan Climat vise la neutralité carbone en France à l’horizon 2050, la RE 2020 marque un changement de cap, souligne Nathalie Mehu, chef de service Performance durable chez VINCI Construction France. La référence pour la construction neuve n’est plus le bâtiment basse consommation (BBC), mais un bâtiment produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme. » Afin de mieux apprécier l’impact environnemental, un double comptage, des dépenses énergétiques et désormais de l’impact carbone, s’appliquera à l’ensemble des usages : chauffage, ventilation, climatisation, production d’eau chaude sanitaire et éclairage, mais aussi l’utilisation des appareils ménagers et électroniques. Ce calcul couvrira tout le cycle de vie du bâtiment, de la production des matériaux à la déconstruction, en passant par les phases de construction et d’exploitation, sur une durée théorique de cinquante ans.

L’expérimentation du label E+C-

Si le projet de nouvelle réglementation rehausse le niveau d’ambition collectif, VINCI Construction France réalise depuis plusieurs années des bâtiments résidentiels ou tertiaires dont les performances anticipent les objectifs de la RE 2020. La compacité du bâti, la combinaison intelligente des matériaux, l’isolation, la qualité des équipements embarqués, l’intégration des énergies renouvelables sont autant de leviers concourant à optimiser l’empreinte environnementale des ouvrages sur la durée de vie du bâti. « La RE 2020 systématisera la démarche en définissant deux indicateurs, énergie et carbone, qui permettront de mesurer et tracer les actions à partir d’une analyse du cycle de vie (ACV), poursuit Nathalie Mehu. C’est tout l’enjeu du label Énergie Positive & Réduction Carbone (E+C–), initié par l’État en 2016 dans le but de co-construire la réglementation avec l’ensemble des acteurs concernés. »

Une expérimentation nationale lancée en parallèle est destinée à tester les seuils de performance applicables en 2020 sur des opérations réelles. VINCI Construction France y participe au travers de plusieurs projets pilotes. À Nanterre (92), où les équipes construisent pour Icade l’îlot urbain mixte Origine & Nouvelle Vague, comme à Wambrechies (59), où le chantier de logements de la rue Obert démarrera en 2019 pour le compte d’Habitat du Nord, les programmes visent à obtenir un bon niveau de performance environnementale, tout en validant des procédés constructifs qui ne surenchériront pas les coûts immobiliers.

Une courbe d’apprentissage collective

L’expérimentation permet de renforcer le dialogue entre constructeurs et maîtres d’ouvrage, architectes, bureaux d’études, fabricants et fournisseurs de produits de construction, pour remonter la chaîne de valeur et sécuriser les scores le plus en amont possible. « Nous sommes en avance dans ce domaine, affirme Pierre Bourgoin, directeur des Achats et de la Logistique, VINCI Construction France. Sur de nombreuses familles de produits, nous réalisons déjà des contrats-cadres avec les industriels afin de sélectionner les meilleurs matériaux ou équipements en prenant en compte leur coût global. Il s’agit maintenant d’appliquer cette méthodologie à toutes ces familles, pour le gros œuvre comme pour le second œuvre, en poussant plus loin la démarche de spécification des produits avec les fabricants. » Autre défi à relever en collaboration avec le pôle Performance durable : celui de la logistique. « Nous expérimentons des solutions, comme le regroupement de différents produits sur des bases logistiques proches des chantiers, afin d’approvisionner ces derniers au mieux tout en minimisant l’impact environnemental. », explique Pierre Bourgoin. La réflexion s’étend, en aval, à la gestion des “déchets” de chantier et des produits de déconstruction, dans une optique de développement de l’économie circulaire qui fait partie tout autant des enjeux de la RE 2020.

 

En savoir plus sur les défis de l’expérimentation E+C- avec le témoignage d’Anne-Sophie Perrissin-Fabert, directrice de l'Alliance HQE-GBC