Actus & Dossiers / Témoignages

Faire grandir les territoires : entretien avec Richard Curnier

Dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Richard Curnier est à la tête de la Banque des Territoires (Groupe Caisse des Dépôts). Il évoque pour VINCI Construction France la relation de confiance tissée avec les hommes et les femmes du Groupe VINCI durant l’ensemble de sa carrière et revient sur les projets récents, partagés avec Adim Provence et répondant aux enjeux d’attractivité économique, d’inclusion sociale et de durabilité à Marseille et dans le Sud-Est.

Faire grandir les territoires : entretien avec Richard Curnier
Richard Curnier, directeur régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Banque des Territoires © CDC

Financer les projets de transformation au cœur des territoires : est-ce la mission principale de la Banque des Territoires, l’un des cinq métiers de la Caisse des Dépôts lancé en 2018 ?

Richard Curnier : Nous avons une double mission : celle de banquier et celle d’investisseur. Notre fonds d’épargne – constitué d’une partie des dépôts réalisés sur les livrets A, les livrets de développement durable et solidaire et les livrets d’épargne populaire – finance les organismes du logement social et les collectivités locales dans le cadre du renouvellement urbain. C’est assez peu connu du grand public, mais c’est la vocation de la Banque des Territoires, au plus près des élus. Depuis septembre 2020, accompagnement de la relance oblige, les prêts alloués par ce fonds d’épargne pourront également soutenir les hôpitaux, les agences de l’eau et les opérations liées à la transition écologique et énergétique. En complément de cette activité, nous sommes investisseurs en fonds propres comme dans le cadre de la réhabilitation de la halle portuaire J1 à Marseille ou de la création de The People Hostel Marseille, une auberge de jeunesse à l’angle des rues Jean-Marc Cathala et Jean Trinquet, pour lesquelles nous travaillons avec VINCI Construction France.

En quoi l’ancrage territorial est-il l’ADN commun des équipes de VINCI Construction France et de la Banque des Territoires ?

Richard Curnier : Nous partageons un même engagement : contribuer au développement économique et à la cohésion sociale des territoires. J’aime à dire que la Banque des Territoires fait grandir durablement les territoires comme le fait VINCI Construction France. Ensemble, nous créons de la valeur ajoutée qui permet aux territoires d’être plus durables, plus connectés, plus inclusifs et plus attractifs.

En quoi VINCI Construction France vous permet-il d’atteindre ces objectifs ?

Richard Curnier : Premier atout différenciant : les développeurs immobiliers d’Adim Provence font preuve d’un enthousiasme créatif à toute épreuve. D’autre part, lorsque nous nous engageons à favoriser l’inclusion et le mieux vivre ensemble, nous savons que les équipes de VINCI Construction France sont un partenaire de choix dans la mesure où, sur chantier, elles promeuvent l’égalité des chances et permettent aux publics éloignés de l’emploi de suivre un parcours d’insertion professionnelle cohérent, axé sur l’intégration par le travail et l’accès à la formation.

Faire grandir les territoires : entretien avec Richard Curnier
The People Hostel, Marseille  © Jérôme Cabanel

Votre histoire avec VINCI Construction France débute dès le milieu des années 2000…

Richard Curnier : J’ai rejoint la Caisse des Dépôts en 1999 et j’ai très vite rencontré Jean-Luc Brial (NDR : directeur général adjoint de VINCI Construction France en charge des régions Centre-Est, Sud-Est et Sud-Ouest, de l’activité Travaux publics / Génie civil, ainsi que des Travaux maritimes) à l’occasion de la construction de l’Allianz Riviera à Nice. Lorsque j’ai poursuivi ma carrière aux Antilles et en Guyane, j’ai conduit plusieurs projets aux côtés de Philippe Grand, un des piliers de VINCI Construction Dom-Tom (VINCI Construction International Network). De retour en métropole, je me suis rapproché des équipes d’Adim Lyon, puis de celles d’Adim Provence. J’y retrouve cette relation de confiance tissée depuis plusieurs années, la qualité d’écoute, la solidité d’un leader, la compréhension des enjeux de long-terme et la connaissance fine de nos exigences d’investisseur institutionnel.

Parmi ces exigences, quelle place tient l’exemplarité environnementale ?

Richard Curnier : Dans la lignée des actions nationales, le développement durable est une priorité pour la Banque des Territoires. Nous sommes au service de l’intérêt général, nous contribuons au bien commun et nous partageons l’objectif européen de neutralité carbone d’ici à 2050. Aussi, nous attendons de VINCI Construction France et de nos autres partenaires qu’ils soient innovants et proactifs. En phase de conception, nous privilégions les bâtiments intelligents qui visent les labels les plus ambitieux. En phase d’exécution, nous favorisons les solutions vertes qui permettent de diminuer notre impact carbone. Non seulement nous suivons les actions mises en œuvre sur chantier par les constructeurs en aval, mais nous en faisons désormais la condition sine qua non de notre participation aux projets immobiliers en amont. Par exemple, à Marseille, nous n’aurions pas participé au financement de la tour La Marseillaise réalisée par VINCI Construction France (NDR : Travaux du Midi associé à GTM Sud) sans garantie de performance énergétique. Ce n’est qu’une fois les objectifs de conformité à la réglementation thermique 2012 améliorée de 10 % et les ambitions de certifications environnementales HQE® Niveau excellent et LEED Gold annoncés que nous sommes entrés dans le projet ! De même, il était primordial que la réhabilitation patrimoniale du bâtiment qui allait devenir The People Hostel Marseille soit réalisée selon la démarche BDM (Bâtiment Durable Méditerranéen) garantissant un niveau de qualité énergétique et environnementale élevé.

Faire grandir les territoires : entretien avec Richard Curnier
The People Hostel, Marseille  © Jérôme Cabanel

Quels autres atouts vous ont séduit dans ce projet d’auberge de jeunesse nouvelle génération, The People Hostel Marseille ?

Richard Curnier : D’abord, nous répondions à un enjeu d’attractivité en finançant, aux côtés de Keys Asset Management, un projet structurant dans le cadre de la requalification de l’îlot des Grands Carmes au centre-ville de Marseille, près de la rue de la République. Ensuite, nous avons été convaincus par ce concept novateur en phase avec l’engouement pour le tourisme urbain. Pour preuve, la Caisse des Dépôts à travers Bpifrance, la Banque Publique d’Investissement, est entrée au capital de France Hostels (NDR : désormais propriété de l’opérateur Grape Hospitality) dès sa création en 2015 et a contribué à sa deuxième levée de fonds en 2018. France Hostels fait partie de ces nouveaux acteurs de la smart city qui révolutionnent les usages en matière d’hébergement, de mobilité ou d’énergie. Nous renforçons aussi cette dynamique lorsque nous contribuons au développement des résidences de coliving et de coworking de The Babel Community ou au lancement d’Hynomed, une société de distribution d’hydrogène vert pour la mobilité terrestre et maritime en région Sud.

J’aime à dire que la Banque des Territoires fait grandir durablement les territoires comme le fait VINCI Construction France. Ensemble, nous créons de la valeur ajoutée qui permet aux territoires d’être plus durables, plus connectés, plus inclusifs et plus attractifs.