Actus & Dossiers / Témoignages

Groupement Sanitaire de l’Ouest Lyonnais : regards croisés de la Croix-Rouge française

À Lyon (69), Citinéa réalise les travaux du futur Groupement Sanitaire de l’Ouest Lyonnais. Au programme : la réunion des trois hôpitaux lyonnais de la Croix-Rouge française via la réhabilitation d’un immeuble existant, une extension neuve et leur connexion. Marie-Catherine Roquette, directrice régionale Auvergne-Rhône-Alpes, et Thierry Pernet, responsable du centre médico-chirurgical de réadaptation (CMCR) des Massues reviennent sur ce projet aux multiples exigences qui deviendra l’établissement le plus important géré à ce jour par la Croix-Rouge française. 

Groupement Sanitaire de l’Ouest Lyonnais : regards croisés de la Croix-Rouge française
© DR Les Massues

La Croix-Rouge française est bien implantée historiquement dans l’agglomération lyonnaise. Quels grands principes ont conduit à imaginer ce projet de regroupement ?

Marie-Catherine Roquette : Dans Lyon et sa périphérie, la Croix-Rouge française dispose déjà de deux établissements sanitaires : le centre de soins de suite et de réadaptation (SSR) La Pinède à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (60 lits) et l’hôpital gériatrique des Charmettes qui se situait dans le 6e arrondissement (84 lits). Après la reprise en 2010 par la Croix-Rouge française du centre médico-chirurgical de réadaptation (CMCR) des Massues, il a été décidé de rapprocher les trois structures sur le site de ce dernier. Ce regroupement renforcera et permettra de développer de nouvelles filières de prise en charge. L’établissement a pour ambition de devenir un centre de référence en chirurgie du rachis (colonne vertébrale) et en orthopédie complexe (chirurgie et rééducation), de l’enfant à la personne âgée. Il s’agit non seulement de pérenniser l’activité de pointe qu’est la chirurgie du rachis, mais aussi de l’inscrire dans une proposition d’offre complémentaire sur le territoire.

Thierry Pernet : Ce projet est singulier et innovant car, contrairement aux regroupements menés dans plusieurs métropoles, il offrira une multitude d’activités très spécifiques. Le futur ensemble hospitalier disposera ainsi d'une capacité de 423 lits sur une surface totale de 37 947 m² avec une unité de chirurgie, quatre unités de rééducation pour adultes, une unité de rééducation pédiatrique, quatre unités de médecine et SSR gériatriques et une unité ambulatoire. Le plateau technique sera composé d’un bloc opératoire, d’un plateau complet d’imagerie, d’une pharmacie et d’une unité de stérilisation, d’une balnéothérapie et d’un secteur de plâtre-appareillage.

Intégration de nouveaux équipements, rationalisation de l’organisation et des circulations, mutualisation des moyens : en quoi le projet réalisé par VINCI Construction France se veut emblématique de l’évolution des besoins hospitaliers et des mutations du secteur ?

M.-C. R. : Le regroupement permettra la poursuite du développement de la prise en charge ambulatoire en substitution à l’hospitalisation complète. Voilà un premier rendez-vous incontournable de toutes les restructurations qui ont lieu dans nos établissements de santé ces dernières années, et qui a un impact évident en termes d’infrastructures. D’autre part, nous souhaitions créer un pôle transversal d’exploration fonctionnelle (enfants, adultes, personnes âgées) afin de réaliser sur place les bilans, les expertises et de renforcer une activité de recherche d’ores et déjà reconnue.

T.P. : Nous sommes également restés fidèles à l’ADN de la Croix-Rouge française avec la création d’une maison palliative et d’une zone de rééducation-réadaptation pour des patients en situation de handicap. Dix lits de soins de suite palliatifs compléteront l’équipe mobile, les lits de médecine et la mobilisation de nos nombreux bénévoles accompagnants. Au-delà de la structuration d’un plateau de rééducation de haut niveau, nous menons une démarche volontariste en travaillant, avec une équipe dédiée, à la réinsertion sociale et professionnelle en milieu ordinaire de ceux et celles que nous avons hospitalisés.

Groupement Sanitaire de l’Ouest Lyonnais : regards croisés de la Croix-Rouge française
© Julien Rambaud

Quelle sera la valeur ajoutée de ce projet pour l’offre de santé lyonnaise ?

M.-C. R. : C’est un vrai plus pour l’ouest lyonnais car le développement de l’offre de soins s’était, jusqu’à présent, concentré dans l’est de l’agglomération. Il s’agit d’un établissement au rayonnement national, voire international. À date, il s’agit également du plus important projet d’investissement porté par la Croix-Rouge française, ainsi qu’un projet structurant avec 600 personnes en activité sur un même site, et les transformations inhérentes en termes de stationnement et de mobilité.

Les travaux, démarrés fin juillet 2016, consistent en la construction d’une extension neuve qui accueillera le programme d’hébergement, connectée aux services actuels du bâtiment des Grandes Massues par le biais de deux passerelles, qui seront réhabilités sans perturber les flux existants. Là où nous réalisons des passerelles, vous jetez des ponts entre les activités de soins au service de l’ensemble du cycle de vie du patient…

T.P. : Oui, VINCI Construction France traduit en termes constructifs ce que ce regroupement signifie pour nous en termes médicaux. Il était essentiel que les équipes médicales adhèrent à cette offre globale de soins. D’ailleurs, cette structuration a reçu l’aval de l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes, notre financeur, et de la Métropole de Lyon. Nos autorités de tutelle ont compris le projet et nous ont aidés, sans nous brider sur le contenu des activités. C’est suffisamment gratifiant et exceptionnel pour le souligner.

Pour les projets hospitaliers, les chantiers en site occupé constituent une machinerie complexe. Quels ont été les atouts des équipes de VINCI Construction France sur ce point ?

M.-C. R. : Les équipes ont fait preuve de souplesse d’organisation et ont proposé à la fois une planification long terme rigoureuse et un suivi quotidien précis, permettant la sécurisation et le maintien optimal de l’activité sensible.

T.P. : Confier la conception-réalisation à une entreprise nous permettait d’être confiant sur le respect du cahier des charges, l’exigence de qualité et la bonne agilité. Le travail de phasage a bien fonctionné, de concert avec l’équipe de VINCI Construction France, la direction de l’hôpital, les services techniques et les interlocuteurs du projet. Nous étions tous à l’écoute des impératifs de chacun, et avons pu élaborer divers scénarios de déplacements. VINCI Construction France était le bon partenaire pour maîtriser cet impressionnant dispositif d’opérations « à tiroir » qui, faute d’une bonne gestion, aurait eu des répercussions lourdes.

Groupement Sanitaire de l’Ouest Lyonnais : regards croisés de la Croix-Rouge française
© Julien Rambaud

Comment VINCI Construction France a-t-il contribué à la préservation des arbres de ce site de près de 4,5 ha en zone classée ?

M.-C. R. : Nous sommes situés sur un site préservé et le chantier est sous la surveillance aigue de nos élus et de nos riverains. Nous avons apprécié les solutions proposées par VINCI Construction France pour répondre aux enjeux environnementaux.

T.P. : En amont, ces exigences nous ont conduit à revoir le projet avec l’architecte, l’agence AIA Life Designers. Par exemple, nous avons dû revoir notre projet de façades, abandonner l’idée initiale de creuser un parking sous l’établissement et enfouir une chaufferie, dissimulée derrière des végétaux et des murs en gabions.

Cette chaufferie est dédiée au Groupement et elle desservira aussi d’autres infrastructures du quartier. VINCI Construction France a contribué en réalisant « la boîte » de cette installation de cogénération au bénéfice d’un quartier durable.

M.-C. R. : C’est ainsi que le projet a été conçu dès le départ, en partenariat avec les collectivités locales et les bailleurs. Il va au-delà de notre propre établissement en valorisant une démarche de performance énergétique et en permettant des économies. Le projet prévoit aussi une cafétéria ouverte à tous et une crèche, gage d’un ancrage solide dans le quartier.

Un mot de conclusion ?

T.P. : J’ai été pleinement satisfait des savoir-faire techniques qui ont été mis en œuvre, et du niveau de sécurité que je trouvais dès lors que je me rendais sur le chantier.

M.-C. R. : Début mai 2018, nous avons obtenu un avis favorable de la commission de sécurité. Cette étape nous rassure quant à la tenue du calendrier et elle est un satisfecit pour tous. Je suis très fière d’avoir participé à un tel chantier et je suis prête à recommencer ailleurs !

Confier la conception-réalisation à une entreprise nous permettait d’être confiant sur le respect du cahier des charges, l’exigence de qualité et la bonne agilité.