Actus & Dossiers / Témoignages

Habitat et rénovation sur Plaine Commune : interview de Sébastien Longin et Philippe Cretaz

Le territoire de l’agglomération Plaine Commune est en plein renouvellement sur le plan économique, urbain et environnemental. L’office public Plaine Commune Habitat (PCH) y mène ses missions de service public en faveur du logement social et rénove son patrimoine immobilier, notamment avec VINCI Construction France, pour assurer une meilleure qualité de vie et de services à ses locataires. Retour sur ce partenariat avec Sébastien Longin, directeur général de PCH, et Philippe Cretaz, directeur du Patrimoine et du Développement.

Habitat et rénovation sur Plaine Commune : interview de Sébastien Longin et Philippe Cretaz
Sébastien Longin, directeur général de PCH, et Philippe Cretaz, directeur du Patrimoine et du Développement © Yann Mambert

VINCI Construction France, notamment via sa filiale GTM Bâtiment, travaille avec Plaine Commune Habitat (PCH) depuis sa création en 2005. Comment qualifieriez-vous cette relation ?

Sébastien Longin : GTM Bâtiment est le partenaire privilégié de nos opérations de réhabilitation : 40 % des logements réhabilités inscrits à notre dernier plan stratégique de patrimoine l’ont été avec VINCI Construction France. Les équipes offrent une prise en charge sécurisante et clé en main de nos projets. Nous avons pris des habitudes de travail très positives à tout niveau – stratégique, opérationnel ou commercial – grâce à des interlocuteurs dédiés qui s’accordent sur une certaine idée de la conduite des opérations. Nous nous écoutons, nous nous comprenons et nous partageons une même volonté de progrès autour de nos enjeux à venir.

Comment les équipes de VINCI Construction France sont-elles force de proposition sur les axes de progrès que vous avez identifiés ?

Sébastien Longin : Nous avons des difficultés structurelles sur certains corps de métiers, notamment en termes de peinture, comme cela a été mis en évidence lors des travaux de réhabilitation de La Courtille à Saint-Denis. Mais plus encore, notre enjeu majeur est la réinvention de la relation aux locataires. Notre patrimoine vieillit et nos réhabilitations sont de plus en plus intrusives : nous touchons à l’espace d’intimité de nos résidents, à leur espace de développement individuel et de réassurance. Les équipes de PCH et de GTM Bâtiment travaillent à créer de nouveaux outils, à améliorer la communication et à renforcer l’articulation de nos procédures. C’est indispensable mais pas suffisant. Comment mieux expliquer le planning des interventions, juguler les incompréhensions naturelles qu’un chantier suscite et prendre en compte les réclamations ? La relation aux locataires passe par de la présence, du volontarisme, de la réactivité, de la pédagogie et de l’anticipation. Nous organisons des groupes de travail participatifs dès la phase de conception des projets et depuis 2018, GTM Bâtiment développe le métier de chargé de Relation locataires qui consiste à écouter, rassurer et répondre aux attentes des résidents. Cet enjeu présente néanmoins d’importantes voies de progrès et d’amélioration encore inexplorées, nécessitant qu’entreprise et maître d’ouvrage continuent à innover.

Philippe Cretaz : C’est la clé d’une intervention réussie en milieu occupé. On se plaît à dire en réhabilitation que la satisfaction de nos résidents c’est 30 % de savoir-faire technique et 70 % de savoir-être relationnel ! Le chargé de Relation locataires est un maillon essentiel car il facilite le renseignement des résidents, la gestion du phasage des interventions avec le conducteur de travaux ou le suivi des travaux.

Habitat et rénovation sur Plaine Commune : interview de Sébastien Longin et Philippe Cretaz
L’îlot du Bocage à L’Ile-Saint-Denis © Bruno Démelin / Graphix Images

Pour faire écho à la campagne publicitaire du groupe VINCI faire œuvre utile, en quoi notre collaboration accompagne-t-elle votre convention d’utilité sociale (CUS) ?

Philippe Cretaz : Les équipes de VINCI Construction France sont un des acteurs de notre politique patrimoniale. Rénovation des fenêtres, isolation par l’extérieur, amélioration voire création de système de ventilation, remplacement des systèmes de chauffage ou travaux de mise aux normes : nous veillons ensemble à la préservation et à la modernisation des bâtis existants. Nous possédons un patrimoine de 19 000 logements. Nous en avons réhabilité plus de 4 000 au cours de la dernière décennie et devrions en rénover 5 000 supplémentaires dans les dix prochaines années.

Sébastien Longin : La rénovation est une activité majeure chez PCH, et pour parler de façon pragmatique et un peu prosaïque… c’est ce sur quoi nous lâcherons en dernier ! En tant que bailleur social, nous faisons face depuis 2018, notamment avec la mise en place de la réduction de loyer de solidarité (NDR : la RLS consiste en une remise sur loyer obligatoire pour les locataires du parc social dont les revenus sont inférieurs à certains plafonds accompagnée d’une baisse de l’APL versée à ces mêmes locataires), à l’affaiblissement de notre capacité d’investissement et, par conséquence, à la montée en puissance de notre politique de réhabilitation. Aussi, au-delà des compétences techniques et patrimoniales de VINCI Construction France, les opérations de rénovation font partie intégrante de la politique sociale de notre organisme et du dispositif mis en œuvre pour la qualité du service rendu aux locataires. Louer dans l’habitat social, c’est louer un logement accessible financièrement et confortable. Ce droit à la qualité est très important, d’autant qu’il se double aujourd’hui d’une dimension environnementale très affirmée.

VINCI Construction France fait de la rénovation une vitrine de ses savoir-faire en éco-conception et en construction durable sur l’ensemble du territoire…

Sébastien Longin : Nous sommes amenés à nous projeter ensemble vers une économie décarbonée d’ici à 2050. Dèja, l’essentiel de nos rénovations sont thermiques. Cela fait du bien au portefeuille de nos locataires et à la planète ! L’atout de VINCI Construction France est de disposer de l’ingénierie d’un grand groupe pour nous accompagner dans cet engagement environnemental et réfléchir collectivement aux solutions techniques et aux procédés industriels – en termes de structures bois, d’épaississement de façades ou de « raccrochement » de balcons et de loggias – qui renforceront notre capacité de réponse à l’enjeu de massification des réhabilitations énergétiques.

Philippe Cretaz : C’est l’enjeu par exemple des réhabilitations thermiques que nous menons depuis 2018 avec GTM Bâtiment sur les 375 logements des ensembles Auguste Delaune et Paul Langevin à Saint-Denis, deux résidences énergivores (étiquette énergétique E) où l’opération consiste en l’amélioration des qualités thermiques de l’enveloppe ainsi qu’en une remise à niveau des équipements techniques dans les logements et dans les parties communes. Sur la résidence Paul Langevin, nous créons également six logements supplémentaires en terrasse et en structure bois.

Habitat et rénovation sur Plaine Commune : interview de Sébastien Longin et Philippe Cretaz
Réhabilitation de l’ensemble Auguste Delaune à Saint-Denis © Guillaume Mussau

Entre 2012 et 2014, la réhabilitation des cités Colonel Fabien et Paul Éluard à Saint-Denis a permis de travailler ensemble à faciliter le dialogue durant la réalisation des travaux. Quel bilan en dressez-vous ?

Sébastien Longin : Il s’agissait d’un sujet complexe auquel maîtrise d’ouvrage et constructeur peuvent être confrontés sur de nombreux sites : la sécurité des interventions et les pressions qui peuvent s’exercer sur les chantiers. Cet épisode nous a permis de définir des modalités d’actions communes pour assurer la protection des équipes et poursuivre le chantier. L’opération a également été un vecteur en faveur de l’insertion, avec l’organisation inédite de jobs dating contribuant à la rencontre des recruteurs et des demandeurs d’emploi. Depuis, GTM Bâtiment est toujours un partenaire motivé de nos initiatives en matière d’insertion professionnelle des jeunes. Cela fait aussi partie de la qualité de notre collaboration qui va au-delà de la construction. Et c’est bien ce que l’on attend, non d’un prestataire, mais bien d’un partenaire.

Plaine Commune est aussi un territoire de culture et de création au sein du Grand Paris via le démonstrateur Rêves de Scènes Urbaines piloté par VINCI, Veolia et Artelia. Quelle est votre contribution à cette coopération entre acteurs publics et privés pour expérimenter et produire des solutions urbaines innovantes ?

Sébastien Longin : Nous sommes acteurs des différentes dynamiques lancées et coordonnées, notamment en termes de réemploi et de métabolisme urbain. Avant que la crise sanitaire liée au Covid-19 viennent bouleverser le pays, nous étions sur le point de lancer au sein de PCH l’élaboration d’un plan stratégique environnemental avec l’objectif de viser le zéro carbone à d’ici à 2050 et de prendre des engagements à court terme mesurables dès 2030. Il nous faudra avoir une réflexion active sur la frugalité des matériaux et sur nos processus d’intervention, mais surtout réinventer l’ensemble de nos modes de faire pour être au rendez-vous des enjeux environnementaux. Cela pourrait rejoindre une partie des enjeux de sortie de crise économique et sociale dans laquelle l’épidémie de Covid-19 nous aura plongé durablement, en repensant les calendriers majeurs de programmation à l’aune des leçons que nous devrons tirer.

 

En savoir plus sur Plaine Commune Habitat