Actus & Dossiers / Témoignages

Une histoire en partage : témoignage d’Aurélien Rol-Tanguy

Entièrement restauré et restructuré par CBC Service, le musée de la Libération de Paris – musée du Général Leclerc – musée Jean Moulin – a été inauguré le 25 août 2019. Sur la place Denfert-Rochereau (Paris XIV), ce nouveau musée ouvre pour la première fois au public les portes du poste de commandement (PC) souterrain où le Colonel Henri Rol-Tanguy installa son état-major dès le début de l’insurrection populaire en août 1944. Retour sur ce projet avec Aurélien Rol-Tanguy, son petit-fils, aux confins de l’héritage familial et de la « grande » Histoire.
Une histoire en partage : témoignage d’Aurélien Rol-Tanguy
DR

Quand avez-vous pu découvrir les nouveaux aménagements du musée ?

Une fois la restauration presqu’achevée, notre famille a été invitée à visiter les espaces du futur musée et le poste de commandement. Nous avons été très touchés de cette initiative ; malheureusement, mon agenda ne m’avait pas permis de participer à cette visite. VINCI Construction France réalise l’extension et la réhabilitation du Centre Municipal de Santé (CMS) Fanny Dewerpe d’Ivry-sur-Seine (94). Dans le cadre de cette opération qui vise à agrandir et à restructurer un des premiers dispensaires de France inauguré en 1900, les équipes de CBC Service ont organisé une visite de chantier pour la direction des Bâtiments de la Ville. Gestion des flux, mise aux normes, gros œuvre associé à de la restauration patrimoniale : les points communs étaient nombreux avec le projet du musée de la Libération de Paris. De mon côté, je suis architecte-paysagiste et chargé d’opérations au sein de la direction des Espaces publics d’Ivry-sur-Seine. Mes collègues m’ont proposé de les accompagner, et j’étais ravi de cette session de rattrapage car je n’avais jamais visité cet endroit dont j’avais pourtant entendu parler bien des fois par mes grand-parents.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez descendu la centaine de marches qui conduisent au poste de commandement (PC) et lorsque vous êtes entré dans le bureau de votre grand-père ?

Beaucoup d’émotion, bien sûr. Déjà en 2004, une portion de la place Denfert-Rochereau avait été rebaptisée avenue du Colonel Henri Rol-Tanguy. Je savais que le PC existait, mais il m’apparaissait comme un élément assez lointain de notre mythologie familiale, le décor d’une photographie ancienne. Mon grand-père est décédé en septembre 2002 alors que j’étais encore jeune, je me rappelle davantage des souvenirs de ma grand-mère. Elle est restée dans le PC, sans voir la lumière du jour, jusqu’à ce que les troupes du Général Leclerc entrent dans Paris. Revenir sur les traces de mes grand-parents dans ce même bureau, tant d’années après, est extrêmement touchant. C’est une satisfaction de savoir que pour la première fois, le PC sera visité par des femmes et des hommes du monde entier, et que s’ouvre un nouveau chapitre de ce lieu chargé d’histoire à la fois pour ma famille et pour Paris. L’histoire continue.

 

Une histoire en partage : témoignage d’Aurélien Rol-Tanguy
© Pierre Antoine

Témoigner et transmettre : deux engagements chers à votre grand-mère qui était agent de liaison et assurait le secrétariat pour les activités de votre grand-père…

Le 19 août 1944, c’est dans ce PC, à 20 m sous terre, qu’elle a rédigé, sous la dictée de mon grand-père, l’ordre de mobilisation générale « aux patriotes aptes à porter les armes » qui sera placardé dans Paris quelques heures plus tard. Avec ce musée, les visiteurs pourront découvrir la défense passive et entrer dans les pièces occupées par l’état-major des Forces françaises de l’intérieur (FFI) de la région parisienne en pleine insurrection.

Qu’avez-vous retenu de la contribution de VINCI Construction France à cette opération de réhabilitation ?

Être accompagné par les équipes travaux lors de la visite du musée a été très enrichissant. On comprend non seulement la complexité de restructuration en termes de mise aux normes, d’accès, d’aération ou de sécurité incendie, mais aussi l’exigence nécessaire pour conserver l’identité du bâtiment lorsqu’il s’agit de restaurer des parements en pierre, des enduits et des sculptures classés au titre des monuments historiques. Lors d’une mission Paysage et Patrimoine en tant qu’urbaniste au sein de Bordeaux Métropole, j’ai travaillé avec les architectes-conseils de la Ville et j’ai pu affiner mes connaissances en restauration patrimoniale. En revanche, je n’avais pas conscience de l’aspect quasi archéologique que peut revêtir un tel chantier. Derrière les experts de la réhabilitation, il y a des passionnés qui parfois redécouvrent des chapitres entiers de l’histoire, comme ici une ancienne entrée des Catacombes. C’est tout aussi passionnant de se dire que ces lieux ont continué à vivre, ont été squattés et investis. L’histoire de la Libération se confronte à l’histoire des souterrains, des catacombes, de Paris dans son ensemble… et aujourd’hui du Grand Paris.

 

Une histoire en partage : témoignage d’Aurélien Rol-Tanguy
© Pierre Antoine