Actus & Dossiers / Témoignages

Inclusion et développement immobilier : témoignage de Katy Gilardon

Depuis 2017, le développement immobilier est le cinquième métier de VINCI Construction France. Les 200 experts du réseau Adim, la structure dédiée de l’entreprise, se sont professionnalisés pour devenir incontournables dans leur domaine. Katy Gilardon, directrice de programmes au sein d’Adim Lyon évoque la philosophie inclusive de cette activité apporteuse d’affaires pour nos filiales de construction, et sa traduction dans la silver économie.
Inclusion et développement immobilier : témoignage de Katy Gilardon
© Olivier Guerrin

Quelle est la philosophie inclusive du développement immobilier au sein de VINCI Construction France ?

Le propre de notre activité est de placer l’usager au cœur de chaque projet. Par exemple, lorsque nous développons des bureaux, nous pensons aux collaborateurs qui y travailleront ou lorsque nous imaginons des résidences seniors et des Ehpad, nous mettons la personne âgée et son bien-être au centre de notre réflexion. Le nombre des plus de 75 ans va exploser dans les prochaines décennies. Ces seniors souhaitent vieillir chez eux, mais il n’est pas toujours possible d’adapter leurs logements à une condition physique qui décline. Les solutions ne manquent pas, mais Adim souhaite apporter un souffle nouveau avec des réalisations qui répondent à tous les besoins des personnes âgées en termes de logement, de déplacement, de lien social et de restauration. Il reste des enjeux majeurs à préempter pour nos aînés : comment donner du sens à ces dernières années de vie ?  Comment proposer des solutions pour les zones les plus rurales ? Comment favoriser l’accès pour tous aux résidences en maîtrisant le coût final ? Comment conjuguer sécurité et convivialité ?

Autant de questions auxquelles vous avez tenté de répondre avec la Cité des Aînés à Saint-Etienne, une cité-village qui apparaît comme un modèle d’inclusion sociale…

Les équipes lyonnaises d’Adim sont devenues, au fil des projets, spécialistes de la personne âgée et expertes dans le secteur médico-social. Dans ce cadre, la Cité des Aînés a été envisagée comme un laboratoire des usages et des pratiques innovants. La philosophie du projet n’a pas été modifiée depuis les premières réflexions menées en 2014. Il n’était pas question de créer un équipement haut de gamme pour seniors fortunés, mais bien d’inventer un montage immobilier offrant un Ehpad accessible aux personnes âgées, nombreuses dans la Loire, ayant peu de ressources et bénéficiant de l’aide sociale ainsi que de l’aide personnalisée au logement (APL). Dans la Cité des Ainés, des seniors autonomes ou en début de perte d’autonomie vivront en résidence, tandis que les plus dépendants seront accueillis dans un Ehpad, le tout cohabitant autour d’espaces partagés et ouverts sur le quartier. Des innovations techniques viendront également bénéficier directement aux seniors sans alourdir le coût final.

La Cité des Aînés est un projet inclusif dans la mesure où il s’intègre également parfaitement dans son environnement. Est-ce un autre aspect du travail d’Adim ?

Oui, les équipes ont su casser les codes en créant plus qu’une résidence aux dernières normes sanitaires et de confort en imaginant un environnement humain et stimulant permettant aux seniors de faire partie du quartier et de continuer à échanger avec leurs voisins : couples jeunes ou familles, crèche ou associations. Pour favoriser ce lien, nous avons créé, au cœur de la Cité des Ainés, une rue piétonne et commerçante où l’on retrouvera un bistrot-restaurant, une salle d’activités physiques, un salon de bien-être ou encore un box commercial où se tiendront différentes ventes selon les jours de la semaine. Plus loin, les résidents et les riverains profiteront d’un jardin potager et aromatique, d’allées paysagères et d’une placette agrémentée d’un boulodrome et de jeux d’enfants.

Inclusion et développement immobilier : témoignage de Katy Gilardon
© Landgraphic 3D

Autre dimension inclusive : l’implication de tous les acteurs. Fédérer l’ensemble des parties prenantes est-il le second enjeu majeur du développement immobilier ?

Au-delà de l’usager, notre rôle est en effet de fédérer l’ensemble des parties prenantes – élus, preneurs, institutions, associations, architectes et constructeurs – autour de programmes adaptés. Le développement immobilier implique l’échange avec de nombreux partenaires et la synthèse des idées les plus pertinentes. Actuellement, Adim Lyon développe un programme dans le cadre de la reconversion de l’ex-clinique Trarieux à Lyon. Nous allons construire des logements collectifs au milieu d’un environnement pavillonnaire en étant attentifs aux enjeux paysagers et environnementaux ainsi qu’à l’intégration dans le quartier. Nous nous sommes donc associés à Urbalia, la start up de conseil en biodiversité et agriculture urbaine initiée par VINCI Construction France et AgroParisTech, à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) ou encore à l’Office national des forêts (ONF) pour conduire ce programme en toute sérénité.

Si l’on revient à la Cité des Aînés, il s’agit d’un projet tripartite porté par la Mutualité Française Loire - Haute Loire SSAM (gestionnaire), Loire Habitat (propriétaire) et Adim Lyon (développeur)…

Et même au-delà, puisque sont associés au projet la Ville de Saint-Etienne, l’Agence Régionale de Santé Auvergne - Rhône-Alpes, le Département de la Loire, le personnel soignant, le Gérontopôle régional… et bien sûr Citinéa qui réalise l’opération en entreprise générale. La Cité du design nous a même accompagnés dans la réalisation d’une chambre témoin, présentée et testée lors de la 10e Biennale internationale design Saint-Etienne 2017… alors que les premiers résidents seront accueillis dans le courant du second semestre 2019.