Actus & Dossiers / Témoignages

Interview en duo sur la tour Saint-Gobain à La Défense

Depuis début 2020, le groupe Saint-Gobain occupe un édifice de 44 niveaux à la forme audacieuse qui peut accueillir 2 700 collaborateurs. Trois ans et demi de travaux ont permis à VINCI Construction France d’achever cet immeuble de grande hauteur (IGH) aux performances techniques, énergétiques et environnementales de haute volée. En coulisses avec Fabrice d’Ornano, directeur du projet et directeur d’exploitation de la tour, et Thomas Peranzi, chef de projet immobilier du nouveau siège de Saint-Gobain.

Interview en duo sur la tour Saint-Gobain à La Défense
Fabrice d’Ornano, directeur du projet et directeur d’exploitation de la tour, et Thomas Peranzi, chef de projet immobilier du nouveau siège de Saint-Gobain © Collection privée / Pascal Artur - Saint-Gobain 

Pourquoi ce nouveau siège social pour Saint-Gobain ?

Fabrice d’Ornano et Thomas Peranzi : Nous sommes présents depuis 1981 au cœur de La Défense, dans la tour des Miroirs, et nous voulions nous agrandir en rassemblant dans un même immeuble nos filiales Saint-Gobain Distribution Bâtiment France (SGDB France), ISOVER, Placoplatre, Weber et Saint-Gobain Glass Bâtiment France. Notre Groupe est constitué d’entreprises dont les métiers sont parfois très différents (industrie, commerce, etc.) : notre nouvelle tour renforcera notre culture commune. Par ailleurs, notre ancien siège était vieillissant. Les standards de confort et d’occupation de l’espace ont changé. Avec cette nouvelle adresse, nous nous projetons définitivement dans le nouveau siècle. En 2016, nous avons signé un bail en l’état futur d’achèvement (BEFA) avec Generali Real Estate, le développeur et propriétaire de la tour qui a chargé VINCI Construction France, à travers les équipes d’Adim Paris Ile-de-France et de Bateg, de sa réalisation. De notre côté, nous avons souhaité intégrer dans l’édifice plus de 80 produits et matériaux Saint-Gobain. Cet immeuble est ainsi bien plus qu’un siège social : c’est un démonstrateur de nos savoir-faire. Il illustre parfaitement notre concept “Multi Confort”, auquel se sont associées de nombreuses activités du groupe et qui fait la part belle, autant pour les ouvrages résidentiels que tertiaires, au confort thermique, sanitaire, acoustique, visuel et de sécurité, à la qualité de l’air intérieur ainsi qu’à la modularité.

Comment les collaborateurs de Saint-Gobain s’approprient-ils leurs nouveaux espaces de travail ?

Fabrice d’Ornano et Thomas Peranzi : Ce n’est pas toujours facile de déménager, surtout lorsque l’on passe d’un environnement de bureaux cloisonnés à de l’open-space en flex-office. Mais après quelques semaines dans les lieux avant le confinement, nous continuons à œuvrer pour que les collaborateurs, tant à l’échelle individuelle que collective, trouvent leur meilleur confort. En termes de renouvellement d’air, nous allons même au-delà des normes en vigueur grâce à une méthode de soufflerie par le sol (38 m3 par personne et par heure, contre 25 m3 exigés). Même chose pour la température, maintenue en permanence entre 21 et 24°C grâce à nos nouveaux plafonds chauffants et rafraichissants Plafometal (le code du travail impose une fourchette de 19 à 26°C). Pour l’acoustique, la tour bénéficie notamment de notre technologie Ecophon. Quant aux vitrages, ils sont aussi signés Saint-Gobain : ils offrent une excellente luminosité et peuvent s’opacifier dans certains espaces si nécessaire. Enfin, chaque étage dispose d’un accès extérieur avec vue sur les jardins suspendus.

Interview en duo sur la tour Saint-Gobain à La Défense
© Sergio Grazia pour Valode & Pistre architectes

En quoi les équipes de VINCI Construction France ont-elles accompagné l’intégration de vos produits et de vos savoir-faire au cœur du bâti ?

Fabrice d’Ornano et Thomas Peranzi : VINCI Construction France a su s’approprier nos procédés afin que les performances de l’édifice soient optimales. Les équipes ont scrupuleusement sourcé, choisi, vérifié et coordonné l’usage des matériaux et composants utilisés dans la construction de la tour pour qu’ils soient en pleine cohérence et à la hauteur des exigences de nos produits. Elles ont également su faire preuve d’agilité en matière de gestion de projet ou en termes constructifs. En 2018, la refonte de l’organigramme du groupe Saint-Gobain a entraîné une modification du micro-zoning des espaces : VINCI Construction France a intégré avec réactivité nos ajustements dans son plan de charge. De la même façon, les équipes ont su répondre à nos requêtes techniques, comme la mise en œuvre d’un dispositif de ventilation des bureaux par déplacement d’air au niveau du sol à très faible vitesse.

L’ambition partagée de Saint-Gobain, VINCI Construction France et l’ensemble des parties prenantes était de bâtir un immeuble nouvelle génération qui s’insère harmonieusement dans son environnement…

Fabrice d’Ornano et Thomas Peranzi : Au pied de la tour, notre showroom de 300 m² est plus qu’une vitrine. C’est une invitation à entrer dans le bâtiment et à découvrir tous nos savoir-faire à l’échelle 1. Cet espace sera de plus en plus visité par nos partenaires lorsque les conditions sanitaires le permettront à nouveau, mais aussi par le grand public. Par ailleurs, en sous-sol, au niveau du boulevard circulaire, nous ouvrirons une salle de fitness accessible à tous. Notre tour vit vraiment avec son environnement.

Interview en duo sur la tour Saint-Gobain à La Défense
© Sergio Grazia pour Valode & Pistre architectes

La tour est aussi particulièrement connectée. Que dire du rôle des équipes de VINCI Construction France dans la dimension digitale du chantier ?

Fabrice d’Ornano et Thomas Peranzi : Au moment de la construction de la tour, VINCI Construction France a partagé une maquette numérique avec tous les interlocuteurs. Nous avons mieux compris, au fur et à mesure de l’avancée des travaux, les atouts d’un usage maîtrisé du BIM (Building Information Modeling) en termes de suivi de production, de sécurité et d’ingénierie logistique. Aujourd’hui, nous pilotons notre édifice grâce à de nombreux capteurs : suivi de la fréquentation des salles, des consommations énergétiques, etc. Les collaborateurs eux-mêmes en bénéficient. Depuis leur portable, ils savent par exemple s’il y a de la place au restaurant d’entreprise. Demain, nous souhaiterions aller plus loin : avec le BIM Exploitation, la maquette numérique se présentera comme la visualisation d’un organisme vivant. Ce serait encore plus facile pour exploiter l’édifice et gérer les réparations !

Comment qualifier l’histoire que vous avez tissée avec les encadrants et les compagnons de VINCI Construction France ?

Fabrice d’Ornano et Thomas Peranzi : Nous avons rempli une mission passionnante avec le professionnalisme attendu. Notre première satisfaction est donc d’avoir livré ensemble un immeuble clés en main, doté de nombreux aménagements. Avec l’investisseur Generali Real Estate, les échanges ont été fluides jusqu’à la livraison du bâtiment. Ensuite, l’entreprise a été exemplaire en matière de valorisation des déchets et a travaillé étroitement avec les filiales de Saint-Gobain pour une économie circulaire vertueuse en récupérant notamment le plâtre, les vitrages et la laine de verre. Enfin, sur le plan architectural, avec cette tête de tour en débord sur le vide, les équipes ont relevé un beau défi technique. À chaque fois que l’un des acteurs de cet incroyable chantier passera sur le parvis de La Défense et lèvera la tête, il s’en souviendra.

VINCI Construction France a su s’approprier nos procédés afin que les performances de l’édifice soient optimales. 

En savoir plus sur le chantier.