Actus & Dossiers / Témoignages

Le nouvel éclat de l’Opéra Grand Avignon

Après quatre années d’un chantier intense, c’est un symbole de la vie culturelle du Grand Avignon qui a rouvert ses portes le 14 octobre 2021. L’Opéra Grand Avignon accueille de nouveau du public dans son écrin historique, modernisé et répondant aux exigences de confort d’aujourd’hui. Jérôme Gelly, le directeur des Services techniques de l’agglomération, évoque cette métamorphose et le rôle de VINCI Construction France pour que la salle à l’italienne reprenne vie.

Le nouvel éclat de l’Opéra Grand Avignon
Jérôme Gelly, directeur des Services techniques du Grand Avignon © Marc Andrieu / Grand Avignon

À l’origine du projet, il s’agissait de donner à l’édifice un nouvel éclat tout en conservant son identité et les valeurs d’excellence culturelle qu’il porte depuis presque 200 ans. Quels enjeux aviez-vous identifié lorsque l’aventure débute en 2015 ?

Jérôme Gelly : Sauvegarder cet incroyable patrimoine a bien sûr été l’élément déclencheur du projet de réhabilitation, mais les enjeux étaient multiples. D’abord le besoin de mise en conformité des installations et la nécessité de renforcer la sécurité du site ont rendu indispensable le lancement de l’opération. Nous souhaitions revoir l’accessibilité du bâtiment aux personnes à mobilité réduite, offrir davantage de confort au public, améliorer la visibilité des spectateurs et renforcer notre dispositif technique ainsi que les outils de scénographie. Tout ceci en maintenant l’activité de l’opéra et une programmation culturelle riche et attractive.

Comment se sont déroulés les premiers mois du projet ?

Jérôme Gelly : Dès 2015, nous avons travaillé à l’écriture programmatique. L’année suivante, nous avons lancé la consultation pour retenir l’équipe de maîtrise d’œuvre. Entre 2016 et 2017, nous avons déplacé les différents services et créé l’Opéra Confluence, une salle de spectacles éphémère située face à la Gare Avignon TGV pour accueillir les spectacles et les saisons culturelles pendant la phase de restauration. En mai 2017, le permis de construire était déposé et les travaux de désamiantage ont pu commencer à l’automne. Quant aux équipes de Girard, elles ont été choisies en mars 2018 et ont investi le chantier en mai.

En quoi la filiale de VINCI Construction France vous est-elle apparue comme un partenaire fiable pour mener à bien les lots que vous souhaitiez lui confier ?

Jérôme Gelly : Girard a été retenu pour son expertise patrimoniale mais aussi parce que nous étions convaincus de sa capacité à mener des travaux massifs sur les lots de curage et de gros œuvre, par exemple. Il est toujours complexe de créer de nouvelles circulations, de creuser des ouvertures ou d’intégrer des ascenseurs dans la structure d’un ouvrage historique. Nous avions confiance en Girard pour mener à bien les travaux de sous-œuvre en vue notamment de créer une petite salle de spectacles de 66 places baptisée « salle des préludes » sous le parterre de l’opéra, ou de mettre en relation des zones du théâtre qui ne communiquaient pas naturellement : les loges, l’accueil et les bureaux de l’administration.

Le nouvel éclat de l’Opéra Grand Avignon
© Frédéric Sicard / Grand Avignon

Une profonde transformation structurelle et des opérations de renforcement qui, aujourd’hui, ne sont plus visibles…

Jérôme Gelly : Absolument. C’est le paradoxe et la beauté de nos métiers de techniciens, de constructeurs… et d’artistes ! Acteurs de la culture et bâtisseurs sont portés par cette même passion, cette précision et cette générosité qui ne laissent voir, à l’issue de la conception et de l’exécution, que la magie de la création. Certains travaux ont été impressionnants, notamment les coupes réalisées dans le béton pour créer une immense ouverture afin de mettre en place le nouveau monte-décor ou la démolition des planchers à l’arrière du bâtiment qui n’a laissé que quatre murs sur une grande hauteur pendant plusieurs semaines avant la reconstruction.

Quels ont été les défis techniques relevés dans le cadre de cette réhabilitation ?

Jérôme Gelly : Ils ont été de trois ordres : logistique, méthodologique et constructif. Le chantier était situé en milieu urbain, ce qui a rendu complexe les livraisons de matériaux, l’évacuation des déblais, l’installation des équipements ainsi que l’approvisionnement et le stockage du matériel. Nous avons été vigilants sur le phasage de l’ensemble des interventions et sur le respect des plannings afin que toutes les entreprises puissent travailler dans le bon tempo. Dans ce cadre, VINCI Construction France a su gérer les contraintes d’exiguïté du site et le jeu des différents acteurs. C’est d’ailleurs une caractéristique de ce chantier étonnant : donner à voir la minutie des restaurations de peintures historiques et, à quelques mètres, les opérations invasives des autres corps de métier, avec leur ballet de minipelles, d’engins de démolition et de toupies de béton.

Bourgeois, une autre filiale de VINCI Construction France, a rejoint le chantier pour créer une nouvelle toiture conforme au dessin original…

Jérôme Gelly : En effet, et les équipes ont dû souvent composer avec un fort mistral, mais là encore, leur expertise technique et leur grande maîtrise étaient rassurantes pour les interventions liées à la couverture, à l’étanchéité et à la zinguerie de la charpente.

Le nouvel éclat de l’Opéra Grand Avignon
© Dominique Grandemange / 4vents pour Grand Avignon

Quelle relation avez-vous tissé avec les équipes de VINCI Construction France ?

Jérôme Gelly : Cette restructuration a été une opération d’exception pour le Grand Avignon. Notre patrimoine comporte de nombreux sites culturels – conservatoires, auditorium, salles de spectacles… –, mais un tel projet ne se vit pas tous les jours. C’était une des premières opérations de cette taille que les services techniques ont mené aux côtés de Girard. Les équipes sont bien implantées localement et, au-delà de cette proximité, j’ai apprécié d’avoir des interlocuteurs à l’écoute. Ce sont les échanges constructifs que je retiens de ce projet qui nous a tant passionnés collectivement…

... et qui a connu aussi son lot d’aléas ?

Jérôme Gelly : En effet, le chantier a d’abord été ralenti par le mouvement des “gilets jaunes”, car le secteur de l’Opéra était l’un des sites favoris des manifestants, puis par la pandémie de Covid-19. La forte mobilisation de tous – maître d’ouvrage, maître d’œuvre, coordonnateur sécurité et protection de la santé (SPS) et entreprises – a permis de préparer la reprise de l’opération dès la fin du premier confinement, et ce travail partenarial a été notre meilleur atout pour mettre en œuvre les mesures sanitaires exigées et respecter des protocoles évolutifs. Il était important que le Grand Avignon puisse accompagner la filière du BTP pour une relance rapide et une reprise la plus sereine possible. Aujourd’hui, la prise en main par les équipes se poursuit, les élus sont satisfaits de l’ouvrage réhabilité, et le public est ravi de retrouver cette salle.

Le nouvel éclat de l’Opéra Grand Avignon