Actus & Dossiers / Témoignages

Regard d’intrapreneur sur l’innovation : Damien Bahon et REHALIB

Après avoir travaillé pour Petit et GTM Bâtiment, Damien Bahon a fait partie des intrapreneurs de la promotion 2017 de Leonard, la plate-forme de prospective et d’innovation de VINCI. Il revient sur son expérience au cœur de l’innovation ouverte made in VINCI et sur la façon dont son idée REHALIB se mue aujourd’hui en activité au sein de VINCI Construction France.
Regard d’intrapreneur sur l’innovation : Damien Bahon et REHALIB
© Benoît Billard pour Leonard:Paris

Accompagné par les équipes de Leonard, vous avez pu affiner en 2018 la proposition de valeur de REHALIB, votre offre de service autour de témoins virtuels. REHALIB c’est quoi exactement ?

REHALIB est un témoin virtuel qui permet au futur acquéreur ou locataire de se projeter dans son espace de vie, d’en visualiser les évolutions possibles, de sélectionner des matériaux, des couleurs ou du mobilier, de choisir virtuellement son aménagement… et, à terme, d’acheter de nouveaux services. Avec REHALIB, les clients disposent depuis leur ordinateur, leur tablette ou leur smartphone d’un témoin réaliste et interactif.

VINCI Construction France réalise des projets sous la houlette d’une maîtrise d’œuvre et construit pour le compte d’un maître d’ouvrage. Avec REHALIB, on se situe pleinement à la fin de la chaîne d’acteurs, du côté de « l’utilisateur final » ?

En imaginant REHALIB, j’ai souhaité me reconnecter à cet utilisateur final. L’objectif n’est pas tant de permettre au maître d’ouvrage ou à l’architecte de visualiser son ouvrage, mais d’offrir au futur usager la vision de ce qui sera construit pour lui. Avec REHALIB, nous n’ajoutons pas une corde aux savoir-faire des experts BIM (Building Information Modeling) ; nous créons un nouveau service qui implique l’utilisateur final. Nous cherchons à satisfaire le client… de notre client !

Qu’est-ce qui différencie votre outil et une maquette numérique sous BIM ?

Tout, puisque les deux outils ont été conçus différemment. Ils ne s’adressent pas aux mêmes personnes et n’ont pas les mêmes objectifs. La modélisation BIM permet une visualisation exigeante, ultra précise et circonscrite au périmètre de l’opération quand REHALIB est un témoin virtuel léger, souple et flexible. L’utilisateur final n’a pas besoin d’un degré de complexité sur le « contenant », puisqu’il se concentre sur la visualisation immédiate du « contenu ». Dans le cadre d’une réhabilitation, certains bailleurs souhaitent que leurs locataires soient associés au choix des niveaux de prestations. Pour un logement neuf, REHALIB permet à l’acquéreur de choisir son parquet, sa robinetterie, ses meubles de cuisine et de salle de bains. Dans le cadre d’un projet tertiaire, REHALIB permet aux collaborateurs de visualiser le hall de leur futur siège, les bureaux ou la cafétéria. Il est évident que les futurs utilisateurs s’approprient plus rapidement leurs bureaux si c’est eux qui les ont pensés et aménagés.

Regard d’intrapreneur sur l’innovation : Damien Bahon et REHALIB
© DR VINCI Construction France

Comment imaginez-vous le rôle de REHALIB au cœur de l’activité de VINCI Construction France, en tant que vecteur de nouveaux services ?

Je suis convaincu qu’au-delà de nos fondamentaux d’ensemblier, nous devrons apporter de la valeur ajoutée en accompagnant nos offres constructives de services à valeur ajoutée. Avec REHALIB, pourquoi ne pas proposer des services d’aménagement et de déménagement ? Ou une plateforme pour visualiser les meubles d’un célèbre magasin suédois chez soi, et les acheter dans la foulée ? Depuis que j’ai eu l’idée de REHALIB en 2017, l’outil a fait du chemin. Après une période d’incubation d’octobre 2017 à janvier 2018, le projet a été sélectionné pour passer en accélération de mars à juillet 2018. D’un outil de réalité virtuelle dédié aux projets de rénovation, il est devenu un témoin virtuel utilisable à la fois sur de la réhabilitation et du neuf. À l’issue du parcours intrapreneurs, GTM Bâtiment est devenu mon sponsor pour développer cette nouvelle activité au sein de VINCI Construction France, la déployer et, pourquoi pas, en faire une business unit viable. Déjà nous expérimentons – sous forme de POC (Proof of Concept) – des témoins dans le secteur du logement et des équipements tertiaires, en neuf et en rénovation, en France et en dehors de l’hexagone. Parmi nos premiers clients : la filiale réunionnaise S2R de VINCI Construction Dom-Tom, Qivy, filiale de VINCI Energies, et le groupe Action Logement, acteur de référence du logement social et intermédiaire en France.

Comment qualifieriez-vous les mois passés en tant qu’intrapreneur chez Leonard ?

La grande force de Leonard est de provoquer des rencontres et d’apporter des outils de développement. D’une part, chaque promotion accueille toutes les divisions de VINCI, ce qui permet de confronter ses idées avec des personnes aux cultures, aux horizons et aux points de vue différents. D’autre part, Leonard conjugue deux méthodes – le lean start up et le business model canvas – en proposant à ses intrapreneurs un accompagnement adapté pour affiner son projet et démarrer sereinement une activité économique. Je ressors riche de cette expérience, avec une colonne vertébrale de savoirs qui me servira tout au long de mon parcours professionnel. Je suis désormais capable d’énoncer une proposition de valeur synthétique, en quelques minutes ou en quelques mots. J’ai également appris que l’échec est un volet de la réussite. Pour lancer un produit, il faut accepter de se tromper et de revoir sans cesse sa copie. Enfin, tout succès nécessite d’être simple et pragmatique. Un projet ne se développera que s’il est porteur de sens et de valeur business.

 

https://www.rehalib.fr/