Actus & Dossiers / Témoignages

Synergies et ordonnancement à Évian-les-Bains : témoignage d’Élodie Reis

En Haute-Savoie sur les rives du lac Léman, entre le golf d’Évian et le centre-ville, Giletto (mandataire) et Campenon Bernard Dauphiné Ardèche réalisent un programme immobilier d’envergure pour le compte de VINCI Immobilier en co-promotion avec Adim Lyon. Point d’étape avec Élodie REIS, responsable du projet pour Campenon Bernard Dauphiné Ardèche.
Synergies et ordonnancement à Évian-les-Bains : témoignage d’Élodie Reis
© Olivier Guerrin

En quoi consiste le projet Living Léman ?

Élodie REIS : Il s’agit d’un projet de reconversion urbaine autour d’un programme immobilier en deux tranches et quatre bâtiments. Nous sommes sur l’ancien site d’embouteillage des eaux minérales d’Évian, abandonné à la suite du regroupement de la production dans une nouvelle usine voisine. Une partie des bâtiments classée au titre des monuments historiques a été conservée et va être restaurée pour accueillir des activités tertiaires. L’ensemble s’inscrit dans un quartier en reconfiguration, tout près de la gare qui verra en 2019 la mise en service de la ligne ferroviaire CEVA (Cornavin–Eaux-Vives–Annemasse) Léman Express reliant directement Évian à Genève.

Qui sont les acteurs du projet et où en sont les travaux ?

Élodie REIS : VINCI immobilier et Adim Lyon sont co-promoteurs de ce programme réalisé par Giletto, une entreprise bien implantée dans le Chablais, associée à Campenon Bernard Dauphiné Ardèche. D’autres filiales de VINCI Construction France sont au rendez-vous avec leur expertise méthodes pour Citinéa qui opère principalement dans le Rhône, la Loire, l'Ain et les Savoies, ou leur savoir-faire de spécialités comme les travaux de cuvelage et la préfabrication de poutres pour Sogea Franche-Comté, ou les terrassements pour Barbaz SATP. Il s’agit donc d’un groupement de constructeurs à forte coloration régionale. J’avais moi-même une expérience du logement et je souhaitais travailler dans la région, ce qui m’a permis de rejoindre les équipes de Campenon Bernard Dauphiné Ardèche à Grenoble, et le projet à l’été 2017. Les travaux de la première tranche de 116 logements conçue par le cabinet d’architecte Duret ont démarré début 2018. Les corps d’état sont actuellement à l’œuvre en vue d’une livraison mi-septembre 2019. En janvier a commencé la construction de la deuxième tranche de 50 logements imaginés par le cabinet Arnaud Fontani, dont les acquéreurs recevront les clés en juillet 2020.

 

Synergies et ordonnancement à Évian-les-Bains : témoignage d’Élodie Reis
© LIMPID animation studio

Comment orchestrez-vous ce chantier qui fait appel à de nombreux intervenants ?

Élodie REIS : Nous travaillons en relation étroite avec les autres entités de la direction déléguée. Nous nous sommes ainsi rapprochés du service méthodes de Citinéa pour mettre en place une démarche de Last Planner System (LPS). Les objectifs : systématiser l’anticipation des tâches, favoriser le partage d’informations pour tous les intervenants et fiabiliser les plannings. J’avais pratiqué le LPS sur plusieurs opérations de Citinéa. C’est une démarche qui s’applique parfaitement à un programme de logements dont les trames répétitives peuvent être facilement découpées.

En quoi la démarche LPS a-t-elle renforcé le travail en équipe sur cette opération ?

Élodie REIS : Le LPS donne une vision précise de l’ordonnancement du chantier, des moments où les différentes équipes interviennent, et de ce dont elles ont besoin pour intervenir. Autres gros avantages, l’outil a facilité l’implication des sous-traitants dès la phase de consultation, sachant que leur engagement était important pour tenir les délais. Dès cette étape amont, nous avons fait ensemble une première analyse du travail et des tâches à accomplir, qui a été ensuite affinée. Quand les travaux des corps d’état ont démarré, tous les acteurs concernés ont été associés à la mise en œuvre. Nous avons refait un point de façon à ajuster le séquençage, sans changer le calendrier de livraisons au client. Donc ce sont vraiment les chefs de chantier et les chefs d’équipes qui font vivre le LPS avec nous. Les réunions sont plus efficaces, plus courtes, avec des échanges qui permettent de détecter les aléas techniques et d’anticiper leur résolution. Pour la deuxième tranche les choses ont été plus faciles car nous avons bénéficié du retour d’expérience de la première.

Quelles ont été les clés du succès de la démarche ?

Élodie REIS : D’abord le déploiement du LPS dès le départ de l’opération, puis le travail de préparation et d’accompagnement réalisé en lien avec les experts de Citinéa. Nous travaillons avec des sous-traitants locaux qui n’ont pas tous l’habitude des collaborations en entreprise générale sur des chantiers de grandes dimensions. Tous ont pleinement joué le jeu, et ce travail d’équipe permet de mener le projet à bien en toute sérénité.