Actus & Dossiers / Témoignages

UCPA Sport Station | Grand Reims : témoignage de Matthieu Olivier

S’il y a un équipement attendu à Reims, c’est bien l’UCPA Sport Station | Grand Reims, développé par Adim Est et réalisé par les constructeurs et spécialistes de VINCI Construction France. Depuis la fermeture du Nautilud en 2014, la population ne disposait plus d’une piscine à la hauteur des besoins. Matthieu Olivier, directeur de la transformation et des projets de développement de l’UCPA, revient sur les enjeux et les objectifs de l’ensemble qui offrira bien plus que les joies d’une baignade en ville.

UCPA Sport Station | Grand Reims : témoignage de Matthieu Olivier
Matthieu Olivier, directeur de la transformation et des projets de développement de l’UCPA © Collection privée

Pour vous et l’UCPA, quand et comment a débuté ce projet d’équipement que vous allez gérer en concession de service public ?

Matthieu Olivier : Dès la phase de consultation lancée par la communauté urbaine du Grand Reims. Dans le cadre du groupement associant les équipes de l’architecte Marc Mimram, VINCI Construction France en tant que développeur-constructeur et l’UCPA pour le volet exploitation, j’ai travaillé sur le programme initié par ISC – Ingénierie Sportive et Culturelle, en veillant à la cohérence avec notre propre vision des équipements sportifs. Depuis l’attribution du marché de concession, je pilote le projet, assure le suivi de réalisation, et donc l’avancée des travaux aux côtés des filiales de VINCI Construction France – GTM Hallé, Sotram et Sogea Picardie, ainsi que Steeleom pour la charpente métallique – jusqu’à l’ouverture du site aux usagers, avec l’œil du futur exploitant.

En quoi le concept d’UCPA Sport Station est-il porteur d’une nouvelle vision ?

Matthieu Olivier : L’objectif consiste à regrouper sur un même site une diversité d’espaces dédiés au sport ou au loisir, ouverts à tous et à tous les budgets. Alors que la plupart des offres sportives urbaines sont monoactivité ou réservées à une catégorie d’usagers particulière, nous avons voulu que des publics différents et aux attentes variées – débutants, pratiquants assidus ou sportifs de tous niveaux, jeunes et moins jeunes, scolaires, enfants, familles... – puissent pratiquer l’activité qui leur convient dans un lieu pluriel et fédérateur.  Nos "multiplexes" sportifs intègrent également des espaces de services et de convivialité pour créer des passerelles entre les publics et les activités. Implanté en cœur de ville, le centre rémois réunit ainsi, sur trois niveaux et 13 500 m², une piscine olympique, un bassin extérieur, une patinoire, d’autres équipements sportifs et ludiques, un pôle bien-être, un espace événementiel modulable ainsi qu’un bar restaurant ouvert toute la journée, des commerces et des espaces de co-working. Bien plus qu’une piscine donc, ce sera un lieu de vie et d’échange autour du partage d’une nouvelle manière de faire du sport au quotidien.

Comment l’UCPA, connue pour ses centres de vacances sportives en montagne ou en bord de mer en est-elle venue à se positionner sur ce nouveau type de projet urbain ?

Matthieu Olivier : Nous gérons 250 sites en France, dont 70 équipements exploités dans le cadre de délégation de service public (DSP) pour le compte de collectivités locales. Nous avons donc une solide expérience dans le domaine de l’immobilier et du patrimoine. Alors que les marchés de DSP classiques se tendent de plus en plus pour des raisons concurrentielles et budgétaires, les appels à projets visant à réinventer les métropoles sont l’occasion d’intégrer des équipements sportifs de nouvelle génération dans les opérations de réaménagement urbain. Nous avons décidé de saisir cette opportunité en proposant notre concept. L’idée est de retrouver l’état d’esprit et les valeurs de nos centres de vacances dans des lieux qui répondent à l’engouement croissant des citadins pour les pratiques physiques et sportives, mais aussi à la volonté publique de développer le sport pour tous.

UCPA Sport Station | Grand Reims : témoignage de Matthieu Olivier
© IMAGESinAIR Productions

En quoi VINCI Construction France vous a-t-il permis d’engager les travaux en toute sérénité ?

Matthieu Olivier : D’une manière générale, nos interlocuteurs ont parfaitement intégré et compris la pluralité de visions que nous avions du futur équipement. Nous avons été écoutés et les enjeux ont été parfaitement entendus. Le succès d’une opération réside non seulement dans le sens du collectif et dans la recherche partagée de performance. Les piscines sont des équipements coûteux à exploiter ; or l’UCPA, association à but non lucratif, ne cherche pas à faire des profits mais à gérer sans perte, avec un amortissement à long terme des investissements. Pour équilibrer le modèle économique global, nous avons fait évoluer le programme initial de façon à permettre la cohabitation d’activités qui répondent à des logiques de rentabilité différentes. Par exemple, il n’était pas prévu au départ d’’espace dédié aux sports de raquettes. Or, on sait que les urbains actifs de 30 à 50 ans sont très demandeurs de sites pour pratiquer ces activités en cœur de ville. Nous avons donc travaillé le projet avec le maître d’œuvre et VINCI Construction France afin d’y inclure une offre de sports de raquettes qui améliorera le modèle économique tout en renforçant la vocation « tous publics » de l’équipement.

Quels ont été les atouts maîtres des équipes de VINCI Construction France ?

Matthieu Olivier : La réactivité et l’inventivité. En effet, nous avons proposé un équipement capable de vivre au rythme des saisons. Au lieu de multiplier les solariums, le choix a été fait de conserver des espaces extérieurs transformables afin de proposer au public des activités complémentaires au fil de l’année. L’été, outre la piscine extérieure de 50 m, les usagers se verront proposer des jeux d’eau, un parcours accrobranche, des rochers d’escalade artificiels ou encore un terrain de beach-volley. L’hiver ils profiteront d’un bassin nordique chauffé mais aussi d’une patinoire, d’un chemin de glace et d’une piste de luge... À chaque fois les équipes de VINCI Construction France ont réussi à trouver les solutions constructives pour adapter l’ouvrage et accueillir ces espaces d’animations sportives et événementiels qui représentent un enjeu très important en termes de qualité d’offre comme d’économie du projet.

UCPA Sport Station | Grand Reims : témoignage de Matthieu Olivier
© Mimram

Les critères environnementaux ont été déterminants dans le choix du projet retenu par le maître d’ouvrage. En tant que futur exploitant, cela a-t-il été aussi un enjeu pour vous dès la conception de l’ouvrage ?

Matthieu Olivier : Bien sûr. Ce complexe aqualudique se veut exemplaire en matière d’efficacité énergétique.  Au moins 40 % des consommations liées au chauffage à l’eau chaude et au traitement de l’air seront couvertes par des énergies renouvelables et de récupération. Les équipes de VINCI Construction France ont contribué à la mise au point de solutions techniques et constructives performantes qui impacteront la gestion à double titre : en optimisant le bilan économique et en réduisant les impacts sur l’environnement. De notre côté nous travaillons sur d’autres aspects qui relèvent directement de la responsabilité environnementale et sociale : par exemple le choix des produits d’entretien, les périodes et amplitudes d’ouverture de certains équipements énergivores comme le chemin de glace, ou encore le recrutement de compétences presque exclusivement locales.

Alors que le chantier approche de son terme, quel regard portez-vous sur la collaboration avec les équipes de VINCI Construction France ?

Matthieu Olivier : On pourrait presque parler de projet modèle ! Les équipes présentes sur le site vivent particulièrement bien ensemble. La stabilité de nos interlocuteurs chez VINCI Construction France depuis le début de l’opération a été un point très positif : l’historique de nos échanges a été conservé, nous n’avons pas eu à réexpliquer les enjeux ni les raisons de tel ou tel choix. Des spécialistes de l’entreprise se sont mobilisés sur tous les sujets qui vont nous impacter en phase d’exploitation. Car ne l’oublions pas, si le chantier se sera étalé sur un peu plus de deux ans, nous serons présents sur ce site pendant quasiment vingt-cinq ans.

Êtes-vous prêts à retravailler avec VINCI Construction France ?

Matthieu Olivier : Absolument ! Nous travaillons déjà avec les équipes de développement immobilier d’Adim Nouvelle-Aquitaine pour affiner le projet de cathédrale des sports avec plus de 12 000 m2 d’espaces dédiés, dans le quartier Brazza à Bordeaux. D’ici à 2024 sept autres UCPA Sport Stations verront le jour à Meudon, à Bordeaux dans le quartier Brazza et dans le quartier Belcier, à Nantes, dans le quartier parisien de Bercy-Charenton et dans le 19e arrondissement, ainsi qu’à Asnières-sur-Seine. Le concept UCPA Sport Station se traduit par un univers spécifique. Avec les architectes et nos conseils en signalétique, nous essayons de faire en sorte que le public, en entrant dans l’un de ces équipements, ait la sensation de pénétrer dans ce même univers qu’il soit à Reims, à Paris ou à Bordeaux. Mais bien sûr nous veillons à ce que chaque ouvrage ait une forte identité architecturale. Celui de Reims est assez exceptionnel à la fois par sa forme originale, sa fonctionnalité et son ouverture sur la ville. 

Les équipes de VINCI Construction France ont contribué à la mise au point de solutions techniques et constructives performantes qui impacteront la gestion à double titre : en optimisant le bilan économique et en réduisant les impacts sur l’environnement.