Actus & Dossiers / Chantiers du mois

Une course contre la montre au temple du tennis

Prévu jusqu’en 2021, le chantier de modernisation de Roland-Garros, réalisé par Petit et Chantiers Modernes Construction, filiales de VINCI Construction France, termine sa deuxième phase. Particularité des travaux : ils sont interrompus chaque année durant deux mois, le temps du fameux tournoi.

Une course contre la montre au temple du tennis
©Augusto Da Silva/Graphix-image

Pour la Fédération française de tennis (FFT), Roland-Garros devait se moderniser pour rester compétitif et offrir de meilleures conditions d’accueil aux joueurs, spectateurs, médias et partenaires. Roland-Garros se jouera donc dans une enceinte agrandie, rénovée, confortable et fonctionnelle. Avec un court central équipé d’un toit rétractable.

Un match en cinq sets

Commencée en novembre 2015, la phase préparatoire du chantier s’est terminée en mars 2016. La première phase des travaux s’est ensuite déroulée de la mi-juin 2016 à la fin mars 2017. Petit et Chantiers Modernes Construction ont livré, entre autres, deux nouveaux bâtiments coiffés de terrasses végétalisées qui marquent désormais l’entrée du complexe. L’un abrite le centre de sécurité, l’autre accueille visiteurs, journalistes et professionnels. Le programme de la deuxième phase est tout aussi chargé : réalisation du Village (8 000 m²), en lieu et place de l’ancien Centre national d’entraînement (CNE). Livré pour l’édition 2018 du tournoi, il réunira les services des relations publiques et la gestion sportive et logistique de Roland-Garros. À terme, son patio donnera sur quatre courts de compétition flambant neufs. Les travaux se poursuivent également côté Serres d’Auteuil, avec la réalisation d’un nouveau court de 5 000 places, non couvert et semi-enterré : le court Simonne-Mathieu.

Un toit rétractable de 3 700 t

La troisième phase portera sur l’agrandissement du court Philippe-Chatrier, l’ancien central. Entre 2018 et 2019, le court central sera élargi de 8 à 10 m de chaque côté et les tribunes seront reconstruites à 80%. Le stade conservera en revanche sa capacité de 15 000 places, pour offrir plus de confort et une meilleure visibilité aux spectateurs. Point d’orgue du projet, la quatrième phase verra la pose d’un toit rétractable au-dessus du court Philippe-Chatrier, permettant ainsi le bon déroulement des principaux matches malgré les aléas de la météo. Pour soutenir cette toiture de 3 700 t, des poteaux de soutènement par micropieux ont d’ores et déjà été forés à une vingtaine de mètres de profondeur sous le court. Des machines de forage ont été adaptées à ces travaux réalisés dans des locaux exigus et soumis à de fortes contraintes d’accessibilité. Pour réaliser ce projet, les équipes auront recours au BIM (Building Information Modeling).

Un projet d’envergure

En 2021, le nouveau stade de Roland-Garros sera passé de 8,5 à 11,16 hectares en configuration tournoi, avec une capacité d’accueil de 40 000 spectateurs par jour. Il disposera de 18 courts, contre 20 aujourd'hui. La place des Mousquetaires, plus vaste et boisée, deviendra un espace vert de détente de près d’1ha. Ce lieu favorisera la fluidité des déplacements durant le tournoi. Hors tournoi la place sera ouverte au public sur le modèle d’un square parisien.

Lire le témoignage de Jean-Rémy Maillard, directeur adjoint en charge des travaux à la Fédération française de tennis (FFT)