Actus & Dossiers / Chantiers du mois

Ecluse de Rochetaillée-sur-Saône, l’allongement de tous les défis

Le groupement mené par VINCI Construction Maritime et Fluvial (anciennement Tournaud) a réalisé une véritable prouesse avec l’allongement de l’écluse de Rochetaillée-sur-Saône, au nord de Lyon, dans le Rhône, pour le compte de Voies navigables de France (VNF). Ce chantier, marqué par plusieurs « premières » françaises, a fait appel à de nombreuses expertises.

Ecluse de Rochetaillée-sur-Saône, l’allongement de tous les défis
Ecluse de Rochetaillée-sur-Saône © Damien Lachas

Un chantier devenu indispensable

Deux barges et un pousseur, capables de transporter l’équivalent de 200 camions, soit 4 400 t de marchandises : de tels convois, longs de 190 m, sont aujourd’hui courant sur les voies navigables. Trop courte de 10 m, l’écluse de Rochetaillée-sur-Saône (69), restait la seule de l’axe Rhône-Saône, long de 550 km, à ne pas permettre le passage de ce type de convois. La Direction territoriale Rhône-Saône de Voies navigables de France (VNF) a donc confié au groupement mené par VINCI Construction Maritime et Fluvial (anciennement Tournaud) les travaux d’allongement de l’écluse, pour porter sa longueur totale à 192 m, la construction d’un mur-guide et d’une estacade en vue de faciliter et de sécuriser l’accès à l’ouvrage ainsi que des travaux annexes. Très technique, ce projet a mobilisé au total 50 personnes sur le chantier et 25 ingénieurs et projeteurs de 11 bureaux d’études, dont cinq en interne, dans un climat de course contre la montre. Pas moins de 127 plans, 26 notes de cadrage et 43 procédures ont été élaborés.

Une technique d’extension inédite

Si les travaux se sont déroulés sur dix-huit mois, de septembre 2015 à février 2017, le premier défi était de réaliser l’allongement proprement dit en moins de dix jours. La durée maximale autorisée pour une interruption totale du trafic fluvial sur la Saône. D’où le choix d’une technique inédite : l’extension a été assurée par l’immersion d’un caisson métallique préfabriqué de 500 t. Des renforts structurels de 18 t avaient été soudés dans le caisson pour rigidifier la structure et éviter qu’elle ne se déforme sous la pression au moment de l’immersion.

Des opérations en un temps record

Du 6 mars au 17 mars 2016, les équipes ont travaillé 24h/24. Il s’agissait, dans ce délai réduit, de mettre en place un dispositif de guidage du caisson, un portique composé de pieux d’appui supportant une structure de vérinage fournie par Freyssinet (VINCI Construction), puis d’assurer son transfert et son alignement sur la zone de pose. La descente contrôlée du caisson dans le fleuve a duré près de cinq heures. Ensuite ont eu lieu le démontage de la structure, la phase de bétonnage, la mise à sec et l’installation des portes.

Un béton autoplaçant sous l’eau

Autre « première » en France, le groupement a eu recours à un béton structurel autoplaçant sous l’eau. Les calculs d’armatures ayant montré que la densité d’acier très importante et la présence de milliers de goujons électrosoudés rendraient impossible l’utilisation de vibreurs à béton. La direction Ingénierie matériau béton a donc développé une formule spécifique à cet effet. L’équipe du laboratoire béton a modernisé une formulation du béton bien connue afin d’en permettre la mise en œuvre et le compactage sans vibration.

Trépanage au milieu du trafic

Là encore, réaliser un tel ouvrage sans interrompre la navigation était inédit. L’opération a consisté à enfoncer 28 pieux métalliques par trépanage, puis à poser une structure préfabriquée béton. Mais il était absolument impossible d’installer d’abord l’ensemble des pieux, au milieu d’un passage incessant de bateaux qui les auraient immanquablement percutés, l’équipe a donc commencé par construire une surface d’appui, qui évoluait au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Finalement, l’opération est saluée comme une belle réussite collective, qui permet aux convois de rentrer désormais sans encombre, et en tout sécurité, dans l’écluse. 

Lire le témoignage d'Yvan Hanriot, adjoint du bureau d’études de Lyon de Voies Navigables de France (VNF)