Actus & Dossiers / Chantiers du mois

Fondation LUMA, Arles : la sculpture phare du parc des Ateliers

Au cœur du Parc des Ateliers, à Arles (13), les équipes de VINCI Construction France réalisent le bâtiment Ressource de la Fondation LUMA : une tour de 56 m de haut, entourée à sa base d'une rotonde en verre et couverte d'une façade inox. La maquette numérique s'est imposée comme un outil indispensable pour mener un chantier qui cumule les superlatifs : projet hors norme, architecture inédite, défi technologique... 
Fondation LUMA, Arles : la sculpture phare du parc des Ateliers
© Cyrille Dupont 

Véritable sculpture à l’échelle de la ville, l’édifice, aux facettes irrégulières, est dessiné par l'architecte Franck Ghery, concepteur de la fondation Louis Vuitton à Paris (75) et réalisé en groupement par VINCI Construction France. L’entreprise est non seulement missionnée pour la réalisation de la structure et des corps d’état architecturaux, mais aussi pour la synthèse générale du chantier et le pilotage des entreprises du groupement.

Les 10 étages de la future tour abriteront salles d’exposition et de séminaires, ateliers artistiques, bureaux, restaurants, bibliothèques, etc. Les trois premiers niveaux de l'édifice sont encerclés par une imposante rotonde en verre de 56 m de diamètre et 16 m de hauteur, soit 3 850 m² de surfaces vitrées. Enfin, un socle de béton semi-enterré (13 000 m²) de 8 m de haut constitue la base de la tour. 

Planchers « pétales » et façades inox

Autour d’un noyau béton intégrant les ascenseurs, des planchers « pétales » sont soutenus par une charpente métallique. Le pari architectural veut qu’aucun niveau ne soit semblable à un autre. Les planchers arborent tous une forme différente, chaque poutre et chaque poteau de la structure présentent des orientations distinctes.

La façade de la tour, pensée pour réfléchir la lumière du soleil couchant, est constituée d’une coque revêtue de 11 500 blocs d’inox. Elle comprend également 53 Glass Boxes, des baies vitrées qui laissent échapper la lumière. S’apparentant à une coque de bateau, cette enveloppe d’acier assure l’étanchéité à l’eau et à l’air de la tour. 

Panneaux préfabriqués et pierre des Alpilles

Si l’enveloppe inox constitue la signature architecturale de la tour, la partie arrière de son noyau central, ainsi que toutes les façades des édifices posés sur le socle béton sont recouvertes de 1 700 panneaux préfabriqués (8 300 m²) en béton armé architectonique. Les panneaux « precast » assurent la protection de l’isolation thermique par l’extérieur des bâtiments du socle. Dans le but d’obtenir une reconstitution à l’identique de l’effet pierre des Alpilles, quatre matrices de relief de 5 mm d’épaisseur ont été créées, et réalisées à partir des prises d’empreintes par protection de silicone effectuées directement sur les parois des carrières des Baux-de-Provence (13). La pose des panneaux nécessite une réponse innovante : un système d’attache en forme de tripode, en inox, conçu sur le chantier après une année de recherche et développement. Ce procédé inédit a nécessité une Appréciation technique d’expérimentation (ATEx), formulée par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). 

 

Fondation LUMA, Arles : la sculpture phare du parc des Ateliers
Futurs panneaux solaires ouvrants et stores pilotés par un logiciel selon la position du soleil, les températures extérieures et la vitesse du vent. © Cyrille Dupont

Plâtre courbe et maquette 3D

En juin, un nouveau « chantier dans le chantier » a débuté à l’intérieur de la tour : les corps d’état architecturaux comprenant pavage au sol, résine millimétrique, 4 600 m² de plafond BASWAphon (matériau enduit de poudre de marbre aux fortes capacités d’absorption acoustique), etc. La principale spécificité réside dans les 2 400 m² de cloisons courbes en plâtre projeté, qui sont le miroir de l’architecture des façades extérieure. 

La maquette 3D permet de répondre aux fortes exigences techniques. La synthèse du projet est réalisée à partir de la maquette numérique 3D qui centralise, exploite et partage en temps réel l’ensemble des informations, de la conception à la finalisation du projet. 

 Délais serrés… et tenus

Au-delà des défis techniques et architecturaux, la réalisation du bâtiment nécessite une adaptabilité permanente pour répondre aux nombreuses contraintes du chantier : immeuble de grande hauteur (IGH) recevant du public (ERP) construit sur une zone sismique, ventilation naturelle de la rotonde, normes acoustiques drastiques, régulation de l’hygrométrie, règles environnementales... Par ailleurs, plusieurs entreprises travaillent en même temps sur le chantier, ce qui a de fortes implications en termes de sécurité. De plus, le projet est caractérisé par son évolution permanente ; le groupement s'est donc adapté à de nombreuses modifications en cours de route.

A toutes ces contraintes s’ajoute celle de la forte fréquentation touristique d’Arles. Une passerelle a d’ailleurs été spécialement montée pour assurer la sécurité et l’étanchéité entre le public et le chantier.

Fort impact économique et culturel

Maja Hoffmann, présidente de la Fondation LUMA, entend faire de la cité provençale une capitale de l’art. Elle souhaite que le projet profite aux arlésiens dès à présent et c’est pourquoi VINCI Construction France s’est engagé à proposer 22 994 heures d’insertion aux habitants de la ville. Fin mars, l’objectif a été atteint à 136 % avec 31 313 heures travaillées. La formation, est, après la construction, la deuxième mission sur un chantier d’une telle envergure. 

En savoir plus sur le projet