Actus & Dossiers / Chantiers du mois

Marly-le-Roi, le viaduc sur les rails

Mis en service en 1884 par la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, le viaduc de Marly-le-Roi (78) a fait son temps. SNCF Réseau a décidé d’en remplacer le tablier historique en fer puddlé, matériau rendu célèbre par Gustave Eiffel, mais trop ancien pour permettre la circulation de nouvelles rames. Nos filiales Chantiers Modernes Construction (mandataire) et GTM TP Île-de-France, en groupement avec Freyssinet, Soletanche Bachy et ETF, assurent ces travaux entre octobre 2016 et avril 2019.

Marly-le-Roi, le viaduc sur les rails
3ème lançage du renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi

Un projet technique dans un site contraint

L’opération d’ouvrage d’art très technique d’un immeuble de grandes hauteurs, au cœur d’un site urbanisé, respecte la contrainte de minimisation les interruptions de trafic ferroviaire. Chaque jour, 148 trains de la ligne L du Transilien transportent 16 000 voyageurs.

Premier temps fort du chantier, la construction de palées métalliques de 25 à 30 m de haut de part et d’autre des piliers du viaduc. Pour chaque pilier, 16 pieux de 25 m de profondeur supporteront les palées provisoires destinées à accueillir temporairement le futur tablier et à recevoir l’ancien.

Opérations de lançage

Pour la construction de la charpente métallique du futur tablier mixte béton-acier, deux grandes poutres métalliques de 3 m de haut pour 15 de long sont raboutées, puis réunies entre elles par des diaphragmes. Le troisième week-end de septembre 2017, un premier tronçon de 80 m a été “lancé” jusqu’à prendre place sur sa palée provisoire. La circulation des trains a été coupée, les habitants en contrebas évacués de leur maison. Cette opération de lançage a été répétée en octobre puis novembre. Fin 2017, c’est un tablier de 248 m de long pour 4 000 t qui côtoie l’ancien. Les compagnons finalisent le bétonnage de la dalle en béton armé (2 500 m²) et la pose des équipements (corniches, garde-corps, caniveaux).

Ripage du nouveau tablier

La phase la plus sensible du chantier est prévue pour l’été 2018. L’ancien tablier sera soulevé par des vérins, puis déplacé de côté sur les palées provisoires à raison d’un mètre par heure puis délancé pour être découpé en tronçons de 10 m et évacué. Le nouveau tablier sera ripé pour prendre place sur les quatre piliers d’origine du viaduc, préalablement renforcés. Ces opérations dureront sept semaines pendant lesquelles le trafic sera interrompu.

Un double objectif

Les usagers bénéficieront ainsi de nouveaux trains, plus confortables et climatisés et les riverains verront les nuisances acoustiques et vibratoires réduites. Le chantier se poursuivra jusqu’en avril 2019, le temps de démonter les palées provisoires et de réaliser de nouveaux aménagements paysagers aux pieds d’un viaduc qui ne fait pas ses 133 ans.