Actus & Dossiers / Dossiers thématiques

Les palais de justice : entre modernité et proximité

La justice se modernise et dit adieu à des sites de prestige désormais inadaptés. De nouvelles cités judiciaires voient le jour, rationnelles, performantes et sécurisées. Quatre opérations conduites par VINCI Construction France en témoignent. 
Les palais de justice : entre modernité et proximité
Palais de justice de Caen (14) © Jérôme Cabanel 

Repenser la justice en repensant ses espaces

Une justice disponible, efficace, proche des citoyens : pour répondre à ces objectifs, de nombreux sites devenus vétustes ou trop exigus sont remplacés par des bâtiments neufs ou réhabilités, sous la houlette de l’Agence publique pour l’immobilier de la justice (Apij). Les nouveaux équipements visent d’abord à rationaliser les services de la justice. Le regroupement de juridictions parfois dispersées au sein d’une même ville est une tendance forte. Il concerne généralement les juridictions de premier degré : tribunaux d’instance, de commerce et conseil de prud’hommes, voire plus.

Ambition architecturale

Les nouveaux ensembles sont souvent marqués par une réelle ambition architecturale. Ainsi, le palais de justice de Caen (14), dont Sogea Nord-Ouest est mandataire de la conception-construction, avec pour architectes BE Hauvette Paris et Atelier Champenois, réunit trois juridictions derrière une impressionnante façade. D’une surface de plancher de 8 994 m² l’édifice s’étend sur cinq niveaux et 18 m de hauteur.  

A Bourg-en-Bresse (01), la construction du palais de justice a été menée en entreprise générale par Citinéa, en collaboration avec Arodie Damian Architectures et Plan 2. Livré début 2016, le bâtiment mêle des éléments architecturaux classiques et modernes : son parvis surélevé, protégé par un large auvent de béton brut, est soutenu par une colonnade monumentale composée de 19 piliers de béton blanc, mesurant 14 m pour les plus hauts.

Le nouveau palais de justice de Béziers (34), réalisé par Sogea Sud, a accueilli ses premières audiences en juillet 2016. Sa façade étonnante, dessinée par l’architecte Christine Edeikins associée aux Ateliers 2/3/4, attire le regard. Entre forteresse et carrière de pierre, elle marque la force et la solidité de l’institution judiciaire.

Rénovation et création

Le palais de justice de Poitiers (86) se distingue par le choix de la réhabilitation de l’ancien lycée jésuite des Feuillants, construit au XIXe siècle. Le site réunira en 2019 les juridictions de premier degré ainsi que les cours d’appel et d’assises. Les façades, les toitures du corps de bâtiment principal, inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, et la charpente sont rénovées. Le projet de l’agence Brossy & Associés, réalisé par Sogea Atlantique BTP, prévoit aussi la création d’une extension, sous la cour intérieure. Une salle des pas perdus, huit salles d’audience et 13 salles de cabinets y seront installées, après l’excavation de 20 000 m³ de roche calcaire.

Sécurité et ergonomie

Autre caractéristique de ces réalisations : la nécessité d’assurer un haut niveau de sécurité par la présence de box et d’espaces d’attente pour les détenus ainsi qu’une meilleure gestion des flux. A Poitiers, trois parcours de circulation distincts sont ainsi prévus, à destination du public, des prévenus et du personnel. Les salles d’audience doivent être ergonomiques et exigent qu’un soin particulier soit apporté à la diffusion du son, pour une parfaite clarté des débats. Ainsi, chaque salle doit faire l’objet d’une étude précise, afin d’optimiser à la fois le traitement acoustique, la sonorisation et l’éclairage.

A Bourg-en-Bresse, les salles d’audience pénale et la salle d’assises disposent d’un équipement multimédia perfectionné, fruit d’une collaboration efficace entre l’Apij, l’entreprise et le maître d’œuvre : une dalle tactile permet de commander l’éclairage de la salle et d’actionner caméras, micros et écran géant pour les vidéoconférences.

Conception écoresponsable

Les projets répondent à des exigences de performances environnementales. Le palais de justice de Bourg-en-Bresse rassemble toitures et terrasses végétalisées, volets en aluminium laqué et isolation par l’extérieur, ainsi qu’un raccordement au réseau de chaleur urbain. A Béziers, l’absence de baies vitrées en façade répond également à une conception bioclimatique, en assurant une protection contre la chaleur. Au palais de justice de Caen, enfin, la façade en double peau et un atrium bioclimatique permettent de réduire les déperditions tout en augmentant l’inertie thermique du bâtiment tandis qu’une pompe à chaleur à géothermie sur nappe d’eau souterraine offre le chauffage par des énergies renouvelables. Sur tous les plans, les cités judiciaires ont changé de siècle. 

En savoir plus sur la construction du palais de justice de Caen