Actus & Dossiers / Dossiers thématiques

Traitement de l’eau, la performance maîtrisée

Le marché français du traitement de l’eau a connu une décennie très active, en raison des exigences de mise en conformité du réseau. Les besoins restent importants dans le domaine de l’eau potable, tandis que les performances du traitement des eaux usées et de la valorisation énergétique ne cessent de progresser. 
Traitement de l’eau, la performance maîtrisée
Légende : la STEP Seine-Aval d’Achères (78) est la deuxième plus importante au monde après celle de Chicago (États-Unis). Un ensemble d’opérations s’étalant jusqu’en 2025-2027, vise à moderniser les traitements, à répondre à la croissance de la population de l’Ouest parisien, à réduire l’emprise foncière de 40% grâce à de meilleurs rendements et à mieux protéger l’environnement par une diminution drastique des polluants rejetés dans la Seine et par une maîtrise des nuisances sonores et olfactives.
© AA'E

Chaque année en France, près de 5 milliards de mètres cubes sont acheminés vers 17 500 stations d’épuration des eaux usées (STEP). L’accordement à un réseau d’assainissement a atteint un coût annuel de 10,8 milliards d’euros en 2012.

Des normes européennes strictes

La directive-cadre sur l’eau (DCE) du 23 octobre 2000 a défini un cadre de gestion et de protection des eaux par grand bassin hydrographique et fixé des objectifs de préservation et de restauration de la qualité des eaux superficielles et souterraines à l’horizon 2015.

Deux plans d’action pour l’assainissement

L’assainissement est régi par la directive sur les eaux résiduaires urbaines (DERU) de 1991 relative au traitement. En 2006, la France comptait encore 522 STEP non conformes pour les agglomérations de plus de 2 000 habitants sur un total de 3 280. Le premier plan d’action adopté en 2007 a permis de les mettre aux normes en 6 ans. Le plan d’action « assainissement » 2012-2018 a ensuite pris le relais, afin de poursuivre la mise en conformité des STEP de taille plus modeste.

La dimension des STEP est très variable et elles suivent différents modes de traitement. Les grandes étapes sont généralement :
- Le prétraitement pour retenir les déchets les plus gros,
- La décantation primaire afin d’agglomérer les boues en suspension,
- Le traitement biologique et la clarification avant que l’eau ne retourne dans le fleuve.

Les boues produites peuvent être valorisées, utilisées comme fertilisants, méthanisées pour produire du biogaz, etc.

La maîtrise des procédés innovants

Les filiales de VINCI Construction France détiennent un savoir-faire précieux, notamment au sein des équipes hydrauliques et génie civil et de GTM Environnement. À ce jour, elles ont construit 70 usines d’eau potables et plus de 300 STEP ; VINCI Construction France est ainsi le quatrième traiteur d’eau français. La filiale VINCI Environnement, est spécialisée dans la conception de STEP (pour le traitement des eaux usées avant leur évacuation vers le milieu naturel) et d’unités de traitement d’eau potable (UTEP).

Des effluents variés

Dans les STEP de taille moyenne apparaissent des modes de traitement plus complexes. Par exemple, la STEP d’Auriol-Saint-Zacharie (Bouches-du-Rhône), en cours d’extension, est équipée d’un système de traitement de boues activées avec filtration tertiaire, traitement le plus avancé autorisant les rejets des eaux traitées dans des zones sensibles. Le projet intègre un habillage végétal d’une partie des façades rendant donc la station plus discrète et améliorant la maîtrise des nuisances pour cette station située à proximité d’un quartier résidentiel. Le projet s’inscrit dans la démarche Ec’Eau Efficience, visant à réduire de 20% la consommation électrique des stations de traitement.

Réutiliser l’eau traitée

VINCI Construction France plaide, par l’intermédiaire de la direction Traitement de l’eau, pour l’élargissement des possibilités de réutilisation de l’eau après traitement en STEP. Le procédé Reuse de microfiltration et ultrafiltration des eaux usées domestiques et industrielles, améliore suffisamment la qualité de l’eau traitée pour la réutiliser pour l’irrigation, le nettoyage de voirie, la recharge des nappes phréatiques, …